Inauguration du parc canin au CRAPA à Montceau-les-Mines

Nous étions présents à l’inauguration du parc canin au CRAPA à Montceau-les-Mines ce dimanche 10 novembre.

Ce parc faisait parti de nos engagements de campagne en 2014. Un projet que j’ai proposé à plusieurs reprises en Mairie et qui a enfin vu le jour. Je tiens à rappeler qu’en 2015, en séance du conseil municipal, Mme le Maire me répondait avec un ton ironique « J’espère que votre proposition de parc canin est anecdotique. ».

Par honnêteté et respect, madame le Maire aurait pu avoir la gentillesse de rappeler que ce parc canin émanait de mes propositions. Chacun sait, ô combien, la cause animale est une valeur très importante à mes yeux. C’est d’ailleurs l’une de mes raisons de mon engagement en politique : améliorer le bien-être animal, c’est améliorer le bien-être de tous.

Remercions ceux qui agissent tous les jours pour nos amis les animaux - comme mes amies Stephanie Bertrand et Valerie Romano - pour lesquelles j’ai un profond respect.

Longue vie à ce parc canin, en espérant qu’il permette aux animaux de s’épanouir avec leur maître et que ce dernier ne soit pas victime de dégradations.

Retrouvez l'article de l'informateur de Bourgogne en ligne

Conseil municipal du 07 octobre 2019

Approbation du procès-verbal de la séance du 25 juin 2019

Notre intervention :

Madame le Maire, vous me permettrez quelques remarques suite aux propos liminaires que vous avez tenus lors du dernier conseil municipal pour lequel j’étais absent et excusé pour des raisons professionnelles. Je veux notamment parler de vos propos au sujet de l’affaire Bigard, que vous n’auriez peut-être pas tenus si j’avais été là pour vous contredire et rétablir la vérité.

« D’une part parce que vous vous doutez bien qu’une programmation se construit bien longtemps à l’avance et que le calendrier des spectacles pour 2019-2020 était bouclé depuis bien longtemps. »

Lors des échanges que j’ai pu avoir votre adjointe à la culture sur ce sujet, je n’ai jamais évoqué de dates précises mais seulement la possibilité de faire venir Jean-Marie Bigard à Montceau-les-Mines. Bien sûr qu’une programmation de saison culturelle se planifie à l’avance mais vous devez savoir, que pour prendre l’exemple de la salle de l’Embarcadère, cette dernière n’est pas réservée tout au long de l’année et que rien n’empêche de rajouter tel ou tel événement en fonction des besoins et des disponibilités.

Sauf erreur de ma part, des créneaux sont d’ailleurs toujours libres en cas de besoin exceptionnel...

« Cette décision, j’aurais pu la prendre au moment où les rappeur DJ Hamida a été programmé il y quelques années tout simplement parce que les paroles de l’un de ses textes dénigraient notre pays, comme s’en était ému alors ce même élu. Sauf que nous ne pouvions dénoncer à quelques jours la date de ce spectacle et que le contrat était signé.»

De belles paroles… Pourtant à l’époque lorsque j’évoquais la venue de cet artiste  en conseil municipal en dénonçant des propos haineux et récurrents dans ses textes contre les femmes mais également les forces de l’ordre, personne n’y trouvait à redire, majorité comme opposition socialiste.

Par ailleurs à l’époque, Madame Buchalik ne tenait pas les mêmes arguments stipulant que les jeunes étaient « seuls juges ayant largement la capacité à la réflexion »

Au final, c’est drôle comment vos arguments peuvent varier en fonction de l’actualité…

Enfin, Mme le Maire et Mme l’adjoint à la culture, la teneur de vos propos dans le courrier que vous m’avez formulé ont particulièrement blessé mon ami Jean-Marie BIGARD. Lorsque je lui ai adressé copie de votre lettre par SMS, je l’ai eu dans la foulée au téléphone et vous l’avez blessé. Blessé car personne ne peut contredire l’humanisme dont il fait preuve. Jean-Marie est un homme engagé dans la défense des plus faibles, je pense aux animaux puisqu’il est le parrain d’une grande association de protection animale. Dans la défense des plus faibles en finançant la construction de maternité en Afrique. Alors avant de critiquer un homme d’une extrême bonté en raison d’une blague de plus de 30 ans, faites attention au poids des mots car ils peuvent engendrer des maux.

Budget : Projet de décision modificative

Notre intervention :

De nombreuses dépenses d’investissement non prévues initialement lors du vote initial du budget (remise aux normes du réseau des eaux usées Place Malraux, travaux salle polyvalente Ecole Rousseau)… par simple oubli ou non planification en amont ?

Prenons l’exemple des travaux du local du RCMB (23 500 euros) suite à l’effondrement d’une partie du toit qui faisait déjà suite aux problèmes de poteaux qui n’étaient plus aux normes. Comment voulez-vous que nos clubs sportifs excellent dans de telles conditions. Cela ne fait que témoigner d’un mauvais suivi des équipements municipaux et des investissements à y réaliser, mais je vous l’accorde, ce manque de sérieux et cette non vision à long terme a débuté il y a de nombreuses années, sous l’égide des socialistes et dissidents.

Concernant les dépenses de fonctionnement, interrogation concernant ce projet de patinoire pour les fêtes de fin d’années. Pourquoi ne pas en voir débattu en conseil ? Car 20 000 euros pour un événement temporaire, c’est important. Je pense que les Montcelliens et nos commerçants auraient peut-être préférés que vous investissiez dans un véritable marché de Noël. Nous ne le saurons pas, car à l’accoutumée, tel le projet du skate-park, vous avez décidé seule vous au sein de votre triumvirat.

D’ailleurs, évoquons le dossier du skate-park. Décidément, ce projet n’aura été que de rebondissements depuis 2016... Alors qu’il voit enfin le jour, nos jeunes ne peuvent même pas l’utiliser faute de construction dans les règles de l’art. Pour rappel, ce skate parc ce n’est « qu’un budget de 275 000€ » et compte tenu de ce coût, il est intolérable de nous retrouver dans une telle configuration.

Par voie de presse, vous avez expliqué que vous n’avez pas payé l’entreprise. Si le titulaire d'un marché public ne peut demander le paiement de ses prestations que lorsqu'elles ont été réalisées et que l'organisme public a constaté qu'elles sont conformes au contrat signé. Cependant, il a droit à une avance dans certaines conditions, ainsi qu'à des acomptes dans la mesure où ils correspondent à la valeur des prestations déjà réalisées. Aussi, Mme le Maire, pouvez-vous nous certifier et prouver qu’aucune avance ou acompte n’ont été versés à l’entreprise ? Nous indiquer où nous en sommes dans le règlement de ce litige et dans quels délais les travaux seront effectués pour que nos jeunes puissent en profiter ? Car nos jeunes se rendent sur le skate-park alors que, légalement, ils ne devraient pas. A plusieurs reprises, je me suis arrêté pour les alerter sur les risques qu’ils encours en pratiquant alors qu’un arrêté stipule que personne ne doit accéder au site pour des raisons de sécurité.

Par ailleurs, quid du coût de la réfection de la façade de l’hôtel de Ville ? En effet, les murs de la Mairie de Montceau ont étés le théâtre d’une exposition d’œuvres artistiques réalisées par l’excellent artiste peintre montcellien, Corado BOUST.

Si ces dernières étaient d’une certaine qualité artistique que personne ne peut contester, je déplore que vous n’ayez pris aucune disposition pour avoir un support de pose correct, type plaque de plexiglas, afin d’éviter de coller à même la façade les toiles et d’engendrer des dégradations sur notre façade. Dans la presse, vous avez expliqué que vous « prévoyez les pose de supports qui viendront accueillir d’autres peintures ou réalisations graphiques à l’occasion d’autres événements comme pour le TSV ou les fêtes de jumelages ». Si je souscris à l’idée d’utiliser les murs de la mairie comme support de promotion artistique ou événementiel surtout pour des artistes locaux, je déplore la parade que vous utilisez pour ne pas assumer cette dégradation. Car, il faudra tôt ou tard réparer cette erreur et elle aura un coût. Aussi, prévoyez-vous d’inscrire dans cette DM ou une autre à venir cette réparation ? Si non, pour quels motifs ?

Produits irrécouvrables : Admission en non-valeur

Notre intervention :

Les demandes d’admission en non-valeur s’élevant à 3 791,70 € TTC, ce qui représente un montant non négligeable. A plusieurs reprises en commission et conseil, nous avons échangés concernant des dispositifs à mettre en place pour réduire ces impayés car au final ce sont bien les autres Montcelliennes et Montcelliens qui paieront indirectement à leur place. Quelles actions mettez-vous concrètement en place pour réduire les impayés à l’avenir ?

Modification de la tarification des concessions funéraires

Notre intervention :

Nous souhaitons profiter de cette modification de la tarification des concessions funéraires, que nous approuvons, cette dernière étant logique au vu de l’évolution des pratiques funéraires, pour insister pour que des concessions à titre gratuit puissent être délivrées aux anciens combattants qui se sont notamment battus pour la liberté de notre pays et de notre ville. Nous avons célébré début septembre les 75 ans de la libération de Montceau-les-Mines, prendre une telle mesure aurait un sens fort pour nos aïeux et leurs familles.

Vente de 6 logements individuels vacants par l'organisme HLM Habellis

Notre intervention :

Si à priori rien ne nous empêche de voter contre la vente de ces 6 logements par la société Habellis, puisque la loi le permet après 10 ans, nous nous interrogeons toutefois. Savez-vous pourquoi Habellis souhaite vendre ? Depuis quand ces logements ne sont-ils pas loués ? Et le sont-ils car non louables faute de travaux nécessaires à leur réhabilitation ?

Vous comprendrez que nous émettons ces remarques suite au débat houleux ayant lieu il y a quelques jours lors du conseil municipal de Saint-Vallier au sujet d’un rapport similaire.

Même si, comme vous le soulignez, cette vente ne va pas réduire de manière excessive le parc de logements sociaux, n’oublions pas que les T2 et T3 sont les logements les plus recherchés sur notre commune (chiffres du ministère de la cohésion des territoires).

Zone commerciale Jardiland : Notre réaction

Aux grandes zones commerciales, nous préférons défendre le commerce de proximité en centre-ville et dans les quartiers. Un commerce de proximité qui survie comme il peut.

Aux grandes zones commerciales, nous préférons privilégier l’implantation de nouveaux magasins dans les locaux vacants du centre-ville et des quartiers. Nous pensons, notamment aux nouvelles galeries en centre-ville et à la zone Sainte-Elisabeth au Bois-du-Verne.

Enfin, il faut penser intelligemment l’installation de nouvelles enseignes afin qu’elles ne viennent pas mettre en péril des boutiques déjà existantes.

Du bon sens tout simplement avec un adjoint en charge de l’économie et du commerce qui travaille en toute harmonie avec les commerçants et forces vives du territoire.

Un projet sans concertation et sans débat au sein du Conseil Municipal :

Il fut ainsi « étonnant » d’apprendre le début de chantier par voie de presse alors qu’aucune information n’avait été communiquée aux élus municipaux...

Il fut « étonnant » de lire que l’adjoint au commerce et à l’économie ne disposait d’aucune information sur la nature des magasins qui allaient s’installer...

Enfin, alors que des friches commerciales et industrielles existent à Montceau, pourquoi ne pas avoir mis tous les moyens en œuvre pour que des sociétés s’installent dans ces bâtiments vacants plutôt que de créer une énième zone commerciale...

Les zones commerciales sont assez nombreuses à Montceau, il faut prioritairement mener une véritable politique en faveur du développement des commerces de proximité, en centre-ville mais surtout dans les quartiers en incitant la population à consommer local.

Retrouvez l'article du JSL en ligne

Quid du suivi des travaux et investissements à Montceau-les-Mines ?

« C’est une histoire ubuesque. Il n’est plus possible de disputer un match de rugby à Montceau-les-Mines sur le terrain d’honneur à Jean Bouveri, il est privé des poteaux... »

Un couac supplémentaire dans la gestion de la vie de notre belle ville de Montceau par la majorité municipale. Quid du suivi des travaux et investissements ?

Les vacances ? Non, ce n’est pas un justificatif admissible. Les travaux doivent suivre quelque soit la période de l’année. Le RCMB et Les Tigresses sont, à leur insu, pénalisés par le manque de rigueur dans le suivi des travaux par l’équipe de Mme Jarrot. Après le cinéma, le skateparc, l’absence de ligne téléphonique et internet dans certaines écoles de la ville, des toiles collées à même les murs de la Mairie, place à l’affaire des poteaux du stade Jean Bouveri.

Pour éviter de tels problèmes, il faut :
1) un véritable suivi des travaux par l’élu en charge des travaux, en travaillant réellement de pair avec les services de la Ville
2) avoir recours à des professionnels du secteur pour éviter des erreurs de « débutant »
3) avoir toujours un élu de « relais » lorsque celui en charge du dossier est absent de la ville
4) suivre un véritable plan d’investissement, et cesser de commencer des travaux partout sans qu’ils soient réalisés correctement, dans les temps et en respectant les règles de l’art.

Je sais que la tâche est rude, mais gérer une ville c’est comme gérer son budget et agir en bon père de famille. Il faut faire preuve de bon sens, de pragmatisme, d’écoute, de disponibilité, de proximité et d’efficacité. Agir au service du plan grand nombre, au service de l’intérêt général. L’équipe d’Ensemble le Meilleur Pour Montceau y veille et œuvre en ce sens !

Retrouvez l'article de l'informateur de Bourgogne en ligne

Les façades de l’hôtel de ville font réagir

L’informateur de Bourgogne reprend ma réaction à propos des anciennes toiles sur les murs de la mairie qui ont été collées sans support, engendrant des dégradations et donc un coût financier à venir pour restaurer la façade...

Les murs de la Mairie de Montceau ont été le théâtre d’une exposition d’œuvres artistiques. Si ces dernières étaient d’une certaine qualité artistique que personne ne peut contester, je déplore que la Mairie n’est pris aucune disposition pour avoir un support de pose correct afin d’éviter de coller à même la façade les toiles.

Qu’à fait l’adjointe à l’inculture ? Rien, comme d’habitude ! Ce n’est pourtant que du bon sens que de prévoir un support de pose...!

Grâce à l’incompétence de l’exécutif actuel, le contribuable montcellien va encore payer une erreur de débutant commise par un manque de sérieux de l’adjointe à l’inculture à Montceau. Quel dommage ! Les Montcelliennes et Montcelliens en tireront les conséquences...

Retrouvez l'article de l'informateur de Bourgogne en ligne

Le CS Orion victime d’un détournement de fonds

Quelle tristesse pour le club sportif des Orions.

Hélas, ce n’est pas la première fois qu’une association est victime de tels méfaits. Il est donc nécessaire lors des assemblées générales que, l’ensemble des adhérents aient accès aux comptes de l’association. Mais il est surtout nécessaire que la Ville, puisque faisant bénéficier aux associations de subventions, exige la communication annuelle d’un rapport détaillé des finances et des activités du club. Cette demande de communication d’un tel rapport est tout à fait légal puisque prévu par la loi.

La question qui se pose également : que faisait le président du club sportif des Orions en matière de suivi des comptes ? Ce dernier étant garant du bon fonctionnement de l’association. Des mouvements financiers étranges, sur un bilan financier avec peu de lignes budgétaires, sont quand même assez repérables. Laissait-il carte blanche à la trésorière ? (Ce qui peut s’entendre au niveau associatif). Nous souhaitons également savoir depuis quand le président du club avait connaissance de ces méfaits.

J’exigerai donc, au prochain conseil municipal, plus de transparence à ce sujet. Aucun club, aucune association en particulier n’est visé. Il s’agit simplement d’une mesure de précaution puisque des deniers publics, c’est-à-dire nos impôts, ceux des Montcelliennes et Montcelliens , servent également à l’attribution des subventions.

Concernant le CS Orion, il convient d’attendre les résultats de l’enquête judiciaire puis exiger le recouvrement intégral des sommes détournées par la trésorière du club et/ou toute autre partie complice éventuelle. Dossier à suivre... Courage aux membres du conseil d’administration du club et aux adhérents.

Retrouvez l'article de l'informateur de Bourgogne en ligne

Jean-Marie Bigard à L’embarcadère à Montceau

Article du Journal de Saône-et-Loire du jour suite à ma proposition de faire venir jouer Jean-Marie Bigard à L’Embarcadère à Montceau.

À noter que 84% des votants au sondage JSL sont favorables à la venue de Bigard. Mme Jarrot doit revoir sa copie et accepter notre proposition ! Avec nous, nous défendons une vraie culture populaire à Montceau !

« « Bigard fait du Bigard », rétorque Lilian Noirot, qui a pris contact avec l’humoriste le 8 mars pour l’inviter à se produire à Montceau-les-Mines. « Le sigle interdit aux moins de 10 ans est apparu sur l’écran lors de la diffusion de l’émission, puis Bigard a fait sa blague. Cela a choqué. Mais qu’on aime ou non, on ne peut pas nier qu’il s’agit d’un grand artiste populaire, qui était prêt à venir jouer à Montceau, pour 5 € contre la mise à disposition gracieuse d’une salle. Il est auprès des classes populaire, engagé dans la défense animale : on ne peut pas dire que ce n’est pas un humaniste ! », rétorque Lilian Noirot, déçu de cette fin de non-recevoir. Lequel réfléchit à faire venir l’artiste sur le territoire dans un autre cadre « qui peut être privé ».

Retrouvez l'article en ligne

Le torchon brûle...

Ce n’est un secret pour personne que Mme Jarrot est « En Marche » avec Emmanuel Macron et roule avec le député LREM R. Gauvain. Elle a voté pour eux aux présidentielles, législatives et sûrement aux européennes.

Aux prochaines élections municipales, j’invite les oubliés de la droite montcellienne à rejoindre «Ensemble, le Meilleur Pour Montceau-Les-Mines !», un pôle de rassemblement de tous les patriotes Montcelliens pour l’intérêt de Montceau et des Montcelliens !

Retrouvez l'article de l'informateur de Bourgogne en ligne

Conseil municipal du 09 avril 2019

Régularisation du déficit de la régie du centre nautique - Demande de remise gracieuse

Notre intervention :

Madame le Maire,

Sur la délibération en elle-même je n’ai rien à redire.

Cette délibération doit cependant nous alerter sur la sécurité des lieux publics. Nous ne sommes pas hélas au premier cambriolage dans nos bâtiments municipaux, je pense par exemple au golf. Avez-vous pris les dispositions nécessaires afin d’éviter qu’un tel cambriolage puisse de nouveau avoir lieu à la piscine mais également dans d’autres établissements municipaux ?

La question d’un audit sur la sécurité des bâtiments communaux (hors écoles pour lesquelles la question a déjà étudiée à cause du risque attentat) est-il d’actualité ? Je pense qu’il pourrait être louable que la ville se penche sur les questions de protection mécanique et électronique de nos sites. Cet audit pouvant permettre de détecter les anomalies et permettre de limiter les risques de nouveaux cambriolages.

De tels dispositifs, même s’ils ne suffisent pas toujours à empêcher les cambrioleurs d’atteindre leur but, peuvent au moins les ralentir. Ils permettent aussi suivant les installations mises en place (exemple de la vidéo-surveillance que nous développons sur Montceau et pour laquelle je suis favorable) d’alerter les forces de sécurité et de collecter des indices nécessaires aux enquêtes.

Je vous remercie.

Adhésion de la Ville de Montceau-les-Mines à la Fondation pour la mémoire de l’Esclavage

Notre intervention :

Madame le Maire,

Je tiens tout d’abord à féliciter Christiane MATHOS et tous les bénévoles autour d’elle pour le travail qu’elle mène depuis de nombreuses années.

Je voterai bien évidemment en faveur de cette délibération. Cependant, quelques remarques :

- La première concerne le fait que le montant des subventions demandées soit identique quelle que soit la strate de la collectivité locale (région, département, intercommunalité ou commune). une proportionnalité aurait pu être mise en place. C’est dommage car cela risque de rebuter de petites communes qui n’ont pas les moyens financiers nécessaires.

- La deuxième remarque concerne la participation du secteur privé à la Fondation. Un article du Point du 14 décembre dernier alertait sur le fait que l’ex Premier Ministre n’arrivait pas à obtenir les financements escomptés auprès du secteur privé alors même que ces subventions devaient initialement couvrir plus de la moitié du budget de la Fondation.

Ce même article précise qu’une soixantaine d’entreprises ont été démarchées mais un tiers ont refusé. Par ailleurs, un article de France-Antilles-Guadeloupe du 1er février 2019 fait part de tensions liées à la problématique du financement entre les différents administrateurs de la Fondation. Avez-vous des informations à ce sujet ? Avez-vous des informations quant à l’avancement du dossier de financement à ce jour et quant à la ventilation des subventions entre Etat, collectivités locales et secteur privé ?

Je souhaite vous alerter sur le fait qu’il ne faut pas que la Fondation devienne une entité fonctionnant uniquement avec des subventions publiques. Le secteur privé doit être un partenaire fort, car certaines entreprises ont joué un rôle dans cette lutte.

Enfin, ces 10 000 euros représentant des droits d’entrées, savez-vous si la Fondation fera de nouveau appelle aux collectivités pour de futures subventions ? Si tel est le cas, comment la Ville de Montceau se positionnera-t-elle ? Car aux dernières nouvelles selon la presse, il n’y aurait à ce jour que 1.2 millions d’euros de réunis.

- La troisième remarque concerne la participation de notre ville. Quelle place aura la Ville de Montceau dans la Fondation ?

- Dernière remarque, savez-vous si la Fondation a prévu de travailler de consort avec Serge Romana, ex-président du CM98 et désormais président de la Fondation Esclavage et Réconciliation qui a su attirer l'intérêt et les fonds des descendants des esclavagistes martiniquais entre autres, et qui observe que ceux qui ont joué un rôle fondamental dans l'histoire de la mémoire de l'esclavage, à savoir les descendants d'esclaves eux-mêmes, ne sont pas, dans le GIP, au cœur du dispositif. Ma question est donc la suivante : savez-vous si les 2 fondations travailleront en étroite collaboration ? Le but étant le même, toutes les forces devant œuvrer main dans la main.

Je vous remercie pour vos réponses à venir.

Création des emplois saisonniers été 2019 et accroissement temporaire d’activité 2019 / 2020

Notre intervention :

Madame le Maire,

Un mot sur l’Eté du Lac. A plusieurs reprises nous avons échangé sur la nécessaire participation des autres communes du Bassin Minier dans l’organisation de l’Eté du Lac. Une participation pouvant notamment se traduire humainement avec l’intervention d’agents des autres communes. Lors du conseil municipal du 24 octobre 2018, vous m’aviez répondu ne pas les avoir sollicité « pour une aide en termes de ressources humaines » et que vous alliez le faire « parce que le succès de l’Eté du Lac n’était plus à démontrer ».

Ma question est donc la suivante : depuis le 24 octobre 2018, avez-vous sollicité les Maires du Bassin Minier car je pense qu’ils répondraient favorablement à une telle demande.

Je vous remercie.

Le skate parc voit (enfin) le jour

Le skate parc voit enfin le jour après pléthores de rebondissements : mieux vaut tard que jamais même si nous aurions pu opter pour un projet moins onéreux.

Cependant, Mme le Maire a toujours martelé que cet aménagement n’imputerai pas sur l’espace permettant la tenue de la fête foraine; allant jusqu’à faire une visite et présentation sur place l’an dernier avec les forains lors de la plus grande fête foraine de la région. Force est de constater qu’entre le prévisionnel et le réalisé, les différences sont de tailles.

Malgré tout j’espère que ce skate parc sera très utilisé, notamment par les jeunes Montcelliennes et Montcelliens, qu’il ne sera pas dégradé ou autres. Réponse dans quelques mois : la suite au prochain épisode... je pense que les forains sauront dire ce qu’ils en pensent le moment venu. Affaire à suivre !

Retrouvez l'article du JSL en ligne

Conseil communautaire – Bimby ou bisbille ?

Bimby est un projet intéressant. C’est d’ailleurs une initiative que je salue et que je souhaite se voir développer sur le territoire de la CUCM.
Il suffit d’en parler avec la population qui a recours à ce dispositif et vous verrez que le retour est positif. Tant pour le vendeur du terrain que pour l’acquéreur.

Ce qui m’étonne, c’est le refus et le vote contre des élus majoritaires LR de Montceau dont Mme Jarrot (qui siègent dans l’opposition à la CUCM)... En effet, lors de la présentation du dernier rapport de la CUCM au conseil municipal de Montceau, elle n’a jamais tenu de tels propos sur le dispositif BIMBY... Bizarre bizarre !

Je tiens à saluer la position de Michel TRAMOY, maire-adjoint à Montceau, qui n’a pas suivi la position de vote de Mme Jarrot et s’est abstenu. M. TRAMOY, un homme et élu de convictions qui en fait une fois de plus la démonstration, agissant en toute liberté.

Retrouvez l'article de l'informateur de Bourgogne en ligne

Conseil municipal du 18 décembre 2018

Ordre du jour : Débat d'orientation budgétaire (DOB)

Madame le Maire,
Chers collègues,

Nous nous retrouvons aujourd'hui pour débattre du Budget d’Orientation, véritable moment de démocratie et de discussion sur les priorités et les évolutions de la situation financière de Montceau-les-Mines.

Vous le rappelez, ce DOB s’inscrit dans un contexte international compliqué marqué par un affaiblissement du commerce mondial, de tensions commerciales persistantes entre la Chine et les États-Unis et de l’instabilité des cours du pétrole. Au niveau national, la croissance économique française reste fragile et le chômage repart à la hausse. 

Vous parlez également brièvement des mouvements sociaux actuels, des Gilets Jaunes, sans les citer implicitement, et de l’impact que cela pourrait avoir sur la croissance et la consommation française. Nous regrettons que vous ne vous attardiez pas sur ce point, car pour rappel, ce mouvement s’inscrit dans un sursaut citoyen d’affirmation et de revendications face à une élite parisienne déconnectée de la vie de ses concitoyens.

Montceau-les-Mines représente aujourd'hui l’un des points centraux de la contestation. A juste titre, il ne faut pas avoir honte de le dire, notre commune reste une commune « pauvre » et fragile sur son bassin d’emploi. Au regard des derniers chiffres officiels de l’INSEE (2016), un taux de pauvreté de 20% largement supérieur à la moyenne française (14,3%), un revenu annuel disponible par ménage également inférieur ainsi que moins de ménages fiscaux imposés. La chambre régionale des comptes soulignait à juste titre cette fragilité dans sa dernière présentation.

Les Montcelliens via cette mobilisation se battent pour leur niveau de vie et leur pouvoir d’achat. Ces éléments devront être pris en compte pour la construction du budget à venir : Que peut faire notre commune pour le pouvoir d’achat de ses concitoyens ? Certaines mesures doivent pouvoir bénéficier au plus grand nombre et pas seulement à certains. N’oublions pas que plus de pouvoir d’achat peut se transformer en davantage de consommation dans nos commerces de proximité.

Pour finir sur ces propos introductifs, vous nous présentez de magnifiques tableaux Excel pour nous montrer la baisse des demandeurs d’emploi à Montceau-les-Mines. Malheureusement ces derniers ne nous apprennent rien : L’économie de notre commune étant relativement orientée tertiaire, il est tout à fait normal d’entrevoir une embellie de l’emploi sur le dernier trimestre d’une année, notamment en vue des fêtes de fin d’année. Il aurait été préférable (et ce n’est pas la première fois que nous le demandons) de différencier ces chiffres par secteurs d’activité (industrie, commerces) et par catégories : Intérim, CDD courts, CDD longs et CDI.

Projet de loi de finances 2019 / Recettes de fonctionnement

Au regard du Projet de Loi de Finances 2019, la Dotation Globale de Fonctionnement sera identique à celle 2018, compensant ainsi le dégrèvement de la taxe d’habitation pour de nombreux ménages puis sa suppression en 2021. La Dotation de Solidarité Urbaine devrait également être stable. La question sera de savoir si cette compensation se maintiendra ad vitam et ne deviendra pas à terme une recette en moins pour notre commune comme la taxe professionnelle en son temps.

Parlons également de fiscalité. A la lecture de votre document, je constate que vous avez enfin tenu compte d’une partie de mes remarques depuis 2014. Vous notez, enfin, que « Les taux de fiscalité des ménages relevant de la compétence de la commune n’ont pas progressé ». Enfin, vous l’inscrivez noir sur blanc. Maintenant, encore un petit effort, et je suis sûr que vous réussirez à baisser la fiscalité locale sur le foncier bâti et non bâti. Nous devons trouver des solutions pour les baisser, en pleine crise des gilets jaunes, ce serait un signal fort et positif que nous enverrions à nos concitoyens.

Du côté de la taxe foncière, n’oublions pas pour la construction des futurs budgets que la population montcellienne reste une population vieillissante, constituée principalement de propriétaires. Aujourd'hui la balance démographique reste défavorable avec notamment d’avantage de décès que de naissances (291 /171 en 2017). Montceau-les-Mines doit donc absolument investir pour son territoire (ses commerces, son industrie, ses infrastructures, son cadre de vie) pour inciter la jeunesse à emménager ou à rester. Le fait que Montceau-les-Mines ai été retenu pour le programme « Action Cœur de ville » va dans ce sens pour l’attractivité du territoire et soutenir nos commerces de proximité.

Compte administratif prévisionnel / Dépenses de fonctionnement

Au niveau de la situation financière de Montceau-les-Mines, l’autofinancement net continue de diminuer depuis 2015, marqué par le remboursement du capital de la dette conséquent mais également des dépenses de fonctionnement qui restent élevées. 

Vous le dites, pour « maintenir une situation financière saine et pérenne », vous souhaitez stabiliser les dépenses de fonctionnement en 2019. Nous vous demandons d’essayer de les réduire, car des marges de manœuvre existent, et ceci en maintenant un investissement conséquent (rénovations écoles, rénovation bâtiments municipaux…). 

Certaines dépenses vont continuer d’augmenter comme les charges de personnel marquées par le nouveau régime indemnitaire mais cette évolution devra absolument être maitrisée (61% des dépenses sur le Compte Administratif 2018). Toutefois certains postes de dépenses doivent être optimisés, comme la gestion des fluides, les dépenses liées au chauffage urbain ou encore les dépenses liées aux frais de transport. Mais nous y reviendrons plus en détail lorsque nous disposerons des comptes administratifs et de gestion définitifs pour 2018. 

Concernant la dette communale, vous réaffirmez votre objectif de limiter le recours à l’emprunt à hauteur de 1 million d’euros en moyenne par an. Merci de ne pas oublier que Montceau-les-Mines bénéficie aujourd'hui de taux d’emprunt extrêmement bas qui peuvent repartir à la hausse à l’avenir. Plutôt que de ne jurer que par l’endettement, la situation nous oblige à trouver de nouveaux financements et partenaires. Je sais que vous ouvrez en ce sens mais nous devons aller encore plus loin.

Concernant les autres dépenses de fonctionnement, nous soutenons globalement les actions envers la jeunesse, l’enfance et la petite enfance menées actuellement, même si certaines actions restent perfectibles. A ce sujet je tiens à vous rappeler certains de mes propos tenus lors du rapport sur l'utilisation de la Dotation de Solidarité Urbaine (DSU) 2017:

« Certaines actions menées par le passé comme la création du défilé de mode doivent être reconduites car elles permettent à de nombreux habitants issus de quartiers différents de se côtoyer, de s’impliquer dans un projet commun, de gagner en autonomie mais avant tout de prendre ou reprendre confiance en soi par la valorisation de soi-même, élément essentiel pour quiconque souhaitant se diriger vers l’emploi.. De telles actions, cumulées à des dispositifs comme la bourse au permis et l’accompagnement des jeunes en difficulté ou en situation de décrochage scolaire avec l’implication des parents dans le suivi de la scolarité de leurs enfants sont des points positifs. »

Sur l’été du lac, je réitérerai mes propos tenus lors du dernier conseil municipal d’octobre. Je suis favorable à ce que les autres communes du bassin minier, pour lesquelles les jeunes participent à l’Eté du lac, contribuent à minima. Après tout, les montcelliens paient, par le biais de leur impôt, ces activités. Je trouve normal que chacun mette la main à la poche, que ce soit par le biais d’une mise à disposition de personnel ou d’outils, ou même d’une contribution financière minime. Vous deviez à ce sujet, Mme le Maire, vous rapprochez des autres maires du bassin minier afin de convenir avec eux d’une participation notamment en termes de ressources humaines. Où en est-on à ce jour ?

Par ailleurs, en page 21 du DOB 2019, dans les actions envers la jeunesse il est fait mention de la bourse au baby-sitting. Cependant, lors de la dernière commission solidarité, il a été indiqué par les élus de votre majorité que la bourse au baby-sitting ne serait pas reconduite car les jeunes en ayant bénéficié n’ont pas eu de réelles retombées. Pourquoi un tel discours en commission et pourquoi le voir encore apparaitre dans le DOB ?

J’aimerai également vous alerter sur un point très important et préoccupant : la santé des agents de la Ville. Ils sont nombreux à m’interpeller sur leurs conditions de travail qui se dégradent, sur leur état de santé physique et mental qui …Bref, cette situation est des plus préoccupantes. L’implication des employés municipaux dans la vie de la Cité est primordiale et le travail qu’ils mènent est de qualité. Nous pouvons être fier d’eux mais il faut, en retour, que nous ayons aussi des actions concrètes, sures et pérennes pour eux. Nous devons, madame le  Maire, avoir une politique claire sur l’avenir et la gestion de tous les services municipaux à travers la concrétisation d’actions et la mise à disposition de moyens humains et financiers pour les services et les agents. Il en va de la vie des agents et de la ville. Vous pouvez encore réagir malgré le risque de mise en difficulté de notre ville dans un contexte budgétaire, économique, social et humain se dégradant. Madame le Maire, j’espère que vous m’entendrez, ce sont les craintes du personnel municipal, de ces lanceurs d’alertes. 

Dépenses d’investissement / Projets 

Au niveau économie, un mot sur le multiplexe cinématographique, que vous présentez dans le programme « Action Cœur de ville » comme un projet culturel et économique prioritaire. Nous avons déjà eu l’occasion d’en parler au sein de cette assemblée : Nous pensons que ce projet est disproportionné pour Montceau-les-Mines (comme l’était votre projet de skate-park dans sa première mouture), n’est pas positif pour l’attractivité du territoire et les finances locales alors qu’un projet de réhabilitation existe pour le cinéma « Les Plessis ». Que voulez-vous, certains maires mégalomanes des temps passés voulaient tous leurs ronds-points artistiques, madame Jarrot aura son cinéma. Il ne manquera que votre statue.

Au niveau de votre programme d’investissement, nous remarquons que vous prenez enfin en compte les besoins liés à la question de l’insécurité à Montceau-les-Mines, en reprenant notamment notre proposition de mise en place d’un centre de visionnage au niveau de la police municipale avec un renforcement des effectifs et l’installation de nouvelles caméras de vidéo protection. 

Nous gloussons toutefois au vu de vos propos : « La sécurité des Montcelliens : c’est une préoccupation majeure de notre équipe municipale. » Dans ce cas, pourquoi n’avez-vous pas agi plus tôt. Pourquoi n’avez-vous pas co-signé notre courrier afin de demander davantage de moyens ? Les Montcelliens sauront vous remercier en 2019 au vu de leurs futures primes d’assurance automobile qui risquent de s’enflammer.

Nous devons également penser à rapidement armer nos forces de police municipale, il en va de leur sécurité et de celle des habitants. Ils sont souvent les premiers de cordés et je vous rappelle que nous vivons dans une période où le risque d’attentat perpétré par des terroristes islamistes est immense (le dernier attentat de Strasbourg le démontrant), le fait d’armer nos policiers municipaux et de les former à l’utilisation de ces armes, est urgent pour garantir leur sécurité et celle de nos concitoyens.

Pour la rénovation de l’éclairage public, la mise en place d’un contrat de performance énergétique est un investissement nécessaire pour l’avenir de Montceau-les-Mines en termes d’économies et d’écologie. Idem en terme de numérique avec le déploiement du wifi public, j’ai déjà exprimé à plusieurs reprises que cette action est très positive. Par contre, le site de la ville de Montceau n’est toujours pas refait ? Il devait l’être, vous l’aviez d’ailleurs dit en conseil municipal le 19 juin dernier quand je vous avais interpellé à ce sujet. Vous m’aviez répondu communiquer par « Facebook ». A ce jour,  la refonte n’est toujours pas en marche… Avez-vous abandonné ce projet de refonte ? Car le site en aurait bien besoin. Il en va de l’image de la Ville. Vous savez mettre un point d’orgue à votre communication à travers des vidéos ces dernières semaines, il serait peut-être enfin temps d’avoir un site internet digne de notre ère.

Enfin, je suis surpris de ne voir aucun mot, aucune ligne à destination de nos amis les animaux. Vous nous aviez pourtant dit lors de précédents conseils municipaux, que vous prévoyez la création d’un espace pour les chiens au CRAPA. Reprenant, au passage une de mes propositions faites en conseil municipal le mardi 3 février 2015, pour rappel :

« En page 8, concernant les projets majeurs en matière d’urbanisme, j’aurai une requête à vous présenter. Dans le cadre de l’aménagement des Grands Parcs/Sites Miniers et plus particulièrement dans les espaces verts, ne pourrions-nous pas envisager la création d’un espace clos pour que les chiens puissent s’ébattre en toute liberté et surtout en toute sécurité sous le contrôle de leur maîtres ? Il y a suffisamment d’espaces libres sur place, il conviendrait simplement de délimiter une superficie, entourée d’un simple grillage et d’un portail métallique pour garantir l’accès. Le coût d’une telle réalisation ne serait pas exponentiel et il ferait surtout plaisir à de nombreux montcelliens et touristes. Car comme vous le savez pertinemment, le CRAPA et le site des grands parcs sont aimés des touristes et des habitants des villes voisines ».

Au vu de ma proposition des plus pratiques et totalement apolitique dans l’intérêt de nos amis à poils, vous aviez répondu avec mépris, je vous cite : « Sur les parcs miniers, j’espère que l’histoire sur les chiens est anecdotique ?! ». Ces propos sont véridiques puisque issus du procès-verbal du conseil municipal du 3 février 2015 en page 21, je le tiens à votre disposition si vous le souhaitez.

Pour paraphraser Marguerite YOURCENARD dans Mémoires d’Hadrien : « C’est avoir tort que d’avoir raison trop tôt » et c’est pourquoi je me réjouis que vous ayez changé d’avis sur ma proposition, l’honnêteté reviendrait d’ailleurs à préciser que je suis à l’origine de cette proposition. Mais bon ce n’est pas grave, je ne vous en veux pas, je pense avant tout au bienêtre de nos amis les animaux qui sont d’ailleurs bien plus humains que certains Hommes. J’espère donc que ce projet verra le jour même s’il n’est pas du tout mentionné dans votre budget. Comme dirait GANDHI : « On reconnait le degré de civilisation d’un peuple à la manière dont il traite ses animaux ».

Je vous remercie

Eolane ou la victoire des salariés

Retrouvez l'article en ligne

Montceau : Pas de prolongation du couvre-feu

Retrouvez l'article de l'informateur de Bourgogne en ligne

Violences à Montceau les Mines

Réaction de Olivier DAMIEN, Secrétaire départemental DLF 71

Après les émeutes qui ont secoué de nombreuses villes de France lors de la soirée d’Halloween, c’est la ville de Montceau-les-Mines qui a été à nouveau le théâtre de véritables scènes de violences urbaines ces derniers jours. Une fois de plus, des véhicules ont été incendiés et de graves dégradations ont été commises. Faute de moyens adaptés en effectifs et en moyens matériels, nos policiers sont désormais complètement désarmés face à cette montée historique de la délinquance et de la violence dans le bassin minier.

Debout la France dénonce depuis maintenant plusieurs années une dérive qui est désormais hors de contrôle. Les échecs successifs des politiques publiques en matière de sécurité, et qui ont pourtant coûté des centaines de millions d’euros aux contribuables, aboutissent donc inexorablement à la répétition de ces actes pour lesquels personne n’est jamais sanctionné. Seuls les honnêtes citoyens en paient les pots cassés !

Pourtant des solutions existent. Augmentation des effectifs de police. Application réelle des peines prononcées par la justice. Mise en place de peines planchers pour certaines infractions. Construction de nouvelles places de prison. Abaissement de la majorité pénale à 16 ans. Telles sont certaines des solutions préconisées par Debout la France et qui, compte tenu de la situation dramatique que connaît notre pays et notre département, doivent être mises en œuvre sans délai.

Debout la France en Saône et Loire dit toute sa solidarité avec les victimes de ces crimes et de ces délits, et annonce qu’il fera tout pour que la situation change enfin !

Lettre ouverte de Lilian Noirot

Monsieur le Ministre de l’Intérieur,

Monsieur le Préfet de Saône-et-Loire,

Madame le Maire de Montceau-les-Mines,

À Montceau-les-Mines, le 3 novembre 2018

En ma qualité d’élu, et conscient de mes responsabilités, je me dois de vous rapporter les informations qui suivent.

A Montceau-les-Mines et sur le bassin minier, les semaines se suivent, les mois passent et, hélas, rien ne change. Sur fond d’incendies, de trafics de stupéfiants, de rodéos urbains et de banditisme, les Montcelliens connaissent, depuis le début de l’année une vague d’actes de délinquance sans précédent.

En voici la chronologie (liste non exhaustive) :

• 10 février 2018 : Boulevard Salengro (incendie de véhicules)
• 26 mai 2018 : 4 feux de poubelles – pompiers caillassés (Rue du Champ du Moulin, rue Forétale, rue de Cluny)
• 5 juin 2018 : ancien camp des gens du voyage (véhicules incendiés)
• 23 juillet 2018 : une voiture, un scooter et des poubelles incendiées
• 24 juillet 2018 : Rue Jean Jaurès (feu de voiture)
• 26 juillet 2018 : Rue Pierre Garnier (3 incendies)
• 28 juillet 2018 : Rue de la Gare (feu de buissons)
• 05 août 2018 : Feux près du collège Saint Exupéry
• 15 août 2018 : Rue de l’Hospice (véhicule incendié)
• 19 août 2018 : Bois du Verne (3 véhicules incendiés)
• 30 août 2018 : Près du lycée Parriat (feu de haies)
• 5 septembre 2018 : Rue de la Sablière (feu d’un abri de jardin)
• 24 septembre 2018 : Boulevard Saint-Louis (feu d’un abri de jardin)
• 29 septembre 2018 : Rue de la Sablière (feu de poubelle engendrant le noircissement du mur d’une habitation)
• 9 octobre 2018 : Rue des Bains (feu d’un abri de jardin)
• 09 octobre 2018 : Incendie du Trait d’Union (centre social municipal)
• 12 octobre 2018 : Rue de la Sablière (incendies de fleurs sur une avancée de fenêtre  d’habitation)
• 13 octobre 2018 : Rue Jean Jaurès (1 véhicule incendié)
• 15 octobre 2018 : Rue de la Pépinière (maison habitée)
• 20 octobre 2018 : Boulevard Saint Louis (feu de broussailles)
• 28 octobre 2018 : Rue Rouget de Lisle – Place de l’église (feu de poubelles – rétroviseurs explosés)
• 01 novembre 2018 : Rives du Plessis (2 voitures incendiées)
• 02 novembre 2018 : Rue Romain Gary (feu de poubelle)
• 02 novembre 2018 : Garage BMW (13 voitures incendiées et 7 autres endommagées)

Les victimes de ces actes criminels sont toujours les mêmes : les honnêtes citoyens. Au petit matin, ils découvrent leur véhicule, qui est bien souvent leur outil de travail, mais aussi l’investissement de toute une vie de labeur, détruit en quelques minutes par des criminels sans foi ni loi. Et ce véhicule, la plupart du temps, ils ne pourront pas le remplacer, faute d’une indemnisation suffisante par les assurances et face à une hausse du coût de la vie non compensée du fait d’une baisse généralisée du pouvoir d’achat.

Les Montcelliennes et Montcelliens sont aujourd’hui exaspérés ! Les policiers nationaux et municipaux, ainsi que les sapeurs pompiers font un travail remarquable. Mais dans des conditions déplorables et qui se dégradent chaque jour. Quant à la Justice, elle n’a clairement plus les moyens de fonctionner efficacement.

En effet, les effectifs du commissariat de la Police Nationale de Montceau-les-Mines ont fondu comme neige au soleil au cours de ces 10 dernières années. Les fonctionnaires de Police et de la Préfecture font de leur mieux dans la limite de leurs possibilités. Mais cet abandon de l’État à l’égard des habitants de notre territoire ne peut plus durer. Voilà des mois que nous réclamons à cor et à cri des effectifs et des moyens de police et de justice supplémentaires, ainsi que des outils nécessaires à la prévention de la délinquance (éducation, sport, formation professionnelle…). Mais rien n’arrive !

Au vu de ces tragiques événements et de la hausse constante et inexorable de l’insécurité sur la circonscription de police de Montceau-les-Mines, la population et les élus exigent désormais de l’État un plan d’urgence. Et notamment :

• L’augmentation des effectifs de la Police Nationale pour le commissariat de Montceau-les-Mines,

• l’affectation de moyens matériels et logistiques pour les services de Police Nationale du commissariat de Montceau-les-Mines,

• la réaffirmation d’un soutien sans faille de l’État à nos forces de l’ordre et de secours,

• l’attribution par l’État de subventions exceptionnelles à la Ville de Montceau-les-Mines, afin de recruter davantage de policiers municipaux, de procéder à leur armement, de développer la vidéo-protection et de permettre la création d’un centre de supervision dans les locaux de la Police Municipale de notre ville,

• enfin, la mise en œuvre sans délai, ainsi que le président de la République s’y était engagé, d’une véritable police de sécurité du quotidien, ainsi que tous les moyens qui vont avec et qui seuls permettront d’apaiser et d’éradiquer les foyers de délinquance et de criminalité sur le territoire du bassin minier lesquels, actuellement, ne cessent de se développer.

Pour les Montcelliennes et Montcelliens, et notamment les victimes et les habitants des quartiers concernés où ces actes criminels sont légions, à la terreur vient maintenant s’ajouter l’exaspération. Leur confiance en la République et en la détermination de l’État s’étiole gravement, alors que son premier devoir est de garantir la sécurité du peuple Français.

Face à l’urgence d’une situation dont sont victimes nos concitoyens, nous réclamons donc une présence policière constante et massive, y compris par l’envoi ponctuel de forces mobiles, pour rassurer les Montcelliennes et Montcelliens. Nous montrerons ainsi aux délinquants que l’État ne reculera jamais, et que Montceau-les-Mines ne deviendra pas une zone de non-droit.

Vœu pour l’interdiction des cirques avec animaux sauvages

Un petit pas pour l’homme, un grand pas pour la cause animale à Montceau !

Élu à la ville de Montceau, et grâce à un travail en bonne intelligence entre les oppositions et la majorité municipale, nous avons pu émettre un vœu - adopté à l’unanimité - pour l’interdiction sur notre ville des cirques avec animaux sauvages.

La France championne d'Europe de la taxation des successions

« Avec un taux marginal sur les successions en ligne directe de 45%, la France pratique la taxation la plus lourde d'Europe dans ce domaine. Emmanuel Macron «a formellement exclu toute modification des droits de succession sous sa présidence», désavouant Christophe Castaner qui avait évoqué la semaine dernière une reflexion sans tabou. »

Retrouvez l'article en ligne

Eolane : le référé au tribunal donne raison aux salariés

Retrouvez l'article du JSL en ligne

Près de 250 personnes rassemblées à l'appel de Sentinelle 1905

J’étais présent au rassemblement contre le centre islamique à l’ancienne auberge de La Saule à Saint-Vallier afin de rappeler mon opposition à ce projet. Je déplore l’absence des élus des majorités des villes de Saint-Vallier et de Montceau-les-Mines.

Retrouvez l'article du JSL en ligne

Incendies à Montceau les Mines

Le Journal de Saône-et-Loire reprenait ce lundi ma réaction suite aux incendies dont est victime Montceau-les-Mies depuis plusieurs jours.

« Incendie en direct à Montceau-les-Mines vers le collège Saint-Exupéry à proximité du CIO. J’ai de suite alerté les pompiers de cet incendie, acte citoyen et acte de responsabilité d’élu.

Il est temps que l’ordre soit rétablit à Montceau-les-Mines, l’insécurité n’a de cesse de croître dans le plus grand « je m’en foutisme » de Mme Jarrot.

Donnons davantage de moyens à la police municipale en renforçant les effectifs, en développant les caméras de vidéo protection avec un centre de contrôle et de supervision.

Exigeons de l’Etat qu’il accroisse les effectifs du commissariat de Police Nationale de Montceau et leurs moyens.
Enfin, que la justice punisse sévèrement ces délinquants.

Stop à l’insécurité ! Les victimes sont toujours les honnêtes gens qui triment toute leur vie. Rétablissons l’ordre républicain à Montceau ! »

Retrouvez l'article du JSL en ligne

Pour la reconnaissance de la personnalité juridique de l’animal

« Grâce à la Fondation 30 Millions d’Amis et après plusieurs années de batailles législatives, le Code civil a enfin reconnu, en 2015, la qualité d’être vivant et sensible des animaux et les a placés entre les Personnes et les Biens. Dans une nécessité de logique juridique et si nous souhaitons continuer à faire progresser le droit des animaux, il est nécessaire aujourd’hui de reconnaître à l’animal, et notamment à l’animal de compagnie et aux grands singes, la personnalité juridique avec des droits fondamentaux... »

Signer la pétition en ligne

Défense du commerce de proximité

À Montceau madame Jarrot veut créer une nouvelle surface commerciale vers la zone Géant-Jardiland, alors que de nombreux commerces sont vacants tant en centre-ville qu’à la périphérie. La décision de ce maire est louable pour défendre le commerce de centre-ville et de proximité. Un exemple à suivre !

« Le maire (LR) de l'Isle-sur-la-Sorgue (Vaucluse), depuis plusieurs mois, se bat pour empêcher l'implantation d'un Aldi à l'entrée de sa commune. "Que ce soit Aldi ou un concurrent, en fait, je m'en fiche, explique Pierre Gonzalvez. Je considère que l'on est arrivé à une offre en termes de surfaces commerciales extérieures qui est suffisante. On doit garder raison et maintenir la vie du centre-ville." »

Retrouvez l'article en ligne

L'université de Bourgogne parmi les meilleures universités du monde

« D'après le prestigieux Shanghai Ranking, diffusé tous les ans au mois d'août, l'université de Bourgogne se classe pour la deuxième année consécutive parmi les meilleures universités mondiales. Elle se démarque encore plus au niveau national. »

Retrouvez l'article du JSL en ligne

Football en salle : le projet abandonné

On notera que dans l’article il est fait mention de l’absence de réponse et d’aide de la Mairie... Une fois de plus ! Nombreux sont les professionnels, associations et particuliers qui n’ont de cesse de se plaindre de ce manque d’écoute, de disponibilité et d’aide de la part de la majorité municipale. Avec mon équipe, nous sommes à l’entière disponibilité de tous les Montcelliens.

Retrouvez l'article du JSL en ligne

L’armoire locale : pour partager et lutter contre la précarité

« S’inspirant des librairies partagées, The Little Street Pantry, doit permettre de partager de la nourriture entre voisins, en particulier avec ceux qui en ont le plus besoin.

Depuis quelques temps, fleurissent des « cabines à lire », des micro-bibliothèques souvent installées dans d’anciennes cabines téléphoniques reconverties. Aux États-Unis, elles sont connues sous le nom de Little Free Libraries (petites librairies grauites). Chacun peut y apporter des livres et en prendre d’autres en échange. Leur nombre est estimé à 25.000 dans 70 pays différents. Le mouvement a connu autant de succès en raison de son efficacité : il crée un lieu d’échange local qui bénéficie à tous, autant matériellement que socialement. »

Retrouvez l'article en ligne

Un rapport accablant dénonce l'état des routes de France

 Retrouvez l'article en ligne

Conseil municipal du 09 juillet 2018

Ordre du jour : Régime Indemnitaire RIFSEEP

« Le régime indemnitaire prend en compte toutes les indemnités et primes auxquelles ont droit les agents de la fonction publique. C’est l’ensemble des primes et indemnités pouvant être servies aux agents, en complément de leur traitement indiciaire de base… »

Notre intervention :

Madame le Maire, chers collègues,

Je vous remercie pour la présentation de ce rapport. Je tiens surtout à remercier les services de la Ville qui ont mené un énorme travail.

Depuis des années, les gouvernements successifs n’ont eu de cesse de matraquer - entre autres - les fonctionnaires de toute part pendant qu’eux conservent leurs mêmes petitsprivilèges. Aujourd’hui, permettez-moi de vous rappeler que le gouvernement Macron que vous soutenez, mène une véritable guerre contre les fonctionnaires. Mais le problème c’est que le gouvernement actuel s’attaque non pas là où il y a des choses à revoir mais à ceux que sont mentor François Hollande aurait jadis appelés « sans-dents » !

Le système actuel est une véritable usine à gaz à la fois pour le personnel municipal et pour les agents du pôle finances- ressources humaines qui ont la lourde et précieuse charge de gérer ces dossiers. Usine à gaz à cause de la succession de régime, sur régime, sur régime (attention à la surchauffe qui est de saison) … qui n’ont eu de cesse de s’empiler les uns sur les autres depuis des années. Il est donc normal de repenser le système et d’en faciliter la gestion et la compréhension. Mais il convient d’être vigilant car c’est un sujet sensible touchant au traitement des agents; les conséquences sont donc à la fois financières mais surtout humaines.

Etant très attentif aux inquiétudes des agents de la Ville de Montceau, dans un contexte qui multiplie depuis des années coupes budgétaires et réduction de la masse salariale il faut savoir agir sûrement mais prudemment. Or, pendant ce temps là, la charge de travail ne diminue pas, bien au contraire : on en demande toujours plus avec de moins en moins de moyens humains et matériels.

A Montceau comme partout en France, le nouveau Régime Indemnitaire tenant compte des Fonctions, des Sujétions, de l’Expertise et de l’Engagement Professionnel portant l’imbuvable acronyme RIFSEEP, va s’appliquer avec l’assurance que personne ne sera perdant. Cette préoccupation doit être la principale et nous devons y veiller au grain. La Ville se doit d’appliquer la clause de sauvegarde qui sera la garante du maintien du pouvoir d’achat des agents municipaux.

Point de vigilance concernant ce nouveau régime indemnitaire au sujet des possibles effets pervers de la rémunération à la performance. Nous devons bien penser qu’il s’agit, ici, du service public. Nous devons rester vigilants pour ne pas tendre à un système qui deviendrait encore plus coûteux pour le contribuable (j’y reviendrai un peu plus tard), chronophage pour les responsables de pôles et soumettant les agents à la recherche de certaines performances individuelles qui risqueraient de prendre le pas sur l’exercice des missions de service public auprès des Montcelliennes et Montcelliens.

La mise en place du RIFSEEP favorise l'instauration d'une prime au mérite avec une part variable. Cette évolution ouvre la porte à la rémunération sur des critères qui pourraient être non objectifs.
Si je ne suis pas choqué que l’on souhaite motiver des agents pour qu'ils atteignent leurs objectifs, je reste dubitatif sur les possibilités d’un agent de refuser, par exemple, de se servir d’une machine qui serait défectueuse et présenterait un risque. L’agent sera-t-il capable de refuser l’exécution de certaines missions quand il se dira que de mettre en avant le principe de précaution pourrait être retenu contre lui au moment du partage de la part variable ? Ou encore que, l’agent n’ose pas porter réclamation à son supérieur hiérarchique sur tel ou tel erreur/dysfonctionnement (etc.) par peur de voir son évaluation impacté ? Il s’agit de questions légitimes qui m’ont été remontées par les agents de la ville, tous services confondus. Quelles sécurités avons-nous que les évaluations des agents ne soient pas mal évaluées à cause d’autres facteurs qui ne rentrent pas dans les grilles d’évaluations ?
L'agent aura t-il la possibilité de demander une contre évaluation en produisant des preuves concrètes et objectives sur des faits avérés dont il serait potentiellement victime ? 
Par ailleurs, nous aurons dans notre collectivité des agents rémunérés selon le régime indemnitaire actuel qui côtoieront des agents passés au RIFSEEP – ce qui bien sûr, pendant plusieurs mois, ne simplifiera pas la tâche des services paye de nos Ressources humaines ! Je souhaite d'ailleurs les remercier très chaleureusement pour ce surcroit de travail et de vigilance. Ils sont bien souvent oubliés mais ils sont un acteur primordial de la chaîne du bon fonctionnement de la ville.

La mise en place du RIFSEEP permettra donc par la suite d’alléger la charge de travail et de rendre plus transparent le traitement des agents. Vous l’avez rappelé, la Ville doit rattraper les régimes indemnitaires inférieurs aux montants planchers et cela concerne 200 agents, ce qui est énorme ! Point positif de ce nouveau régime : l’intégration des agents en congé de maternité ainsi que les agents stagiaires et contractuels sur emploi permanent. C’est une bonne chose.

J’émets également une certaine réserve concernant l’expérience acquise, sans forcément être formalisée par une validation des acquis. Elle permet de développer de nouvelles compétences et constitue le terreau même d’une évolution professionnelle. Or, dans le principe de réexamen du montant de l’IFSE, il n’est aucunement fait mention d’une revalorisation automatique même s’il est avéré que l’agent a enrichi son expérience professionnelle et l’exploite pour mener à bien ses missions. Si enrichir son expérience professionnelle et mettre cette plus-value au service de sa mission d’intérêt général, pour Montceau et les Montcelliens, ne constituent pas pour vous un critère de revalorisation de l’indemnité : quelle évolution pensez-vous donner aux carrières de vos agents s’ils ne changent pas de groupes ? La non reconnaissance financière des compétences développées va par ailleurs à l’encontre de ce que vous prônez à longueur de discours. Après tout, n’est-ce pas vous, madame le Maire, qui venez de nous dire que le régime indemnitaire peut contribuer de façon significative à l’attractivité de la collectivité ? Pourquoi ne pas faire prendre à Montceau le chemin de cette attractivité ?

Vigilance également sur la Gestion Prévisionnelle des Emplois et Compétences (GPEC) de la Ville. La ville de Montceau, à ce jour pour exemple, a recruté 6 agents affectés à la voirie alors que cette dernière est de la compétence de la CUCM. La voirie à Montceau est dans un état déplorable ! C’est un véritable champ de mines. Par contre, allez voir du côté du Creusot ou de Sanvignes, vous aurez même la « chance » de manger sur les routes. Alors, madame le Maire, je vous enjoins à faire pression sur le président de la CUCM - d’ailleurs, le vice-président de la CUCM Monsieur Selvez pourrait peut-être pour une fois appuyer en ce sens - afin de lui rappeler que la voirie est compétence CUCM et que la CUCM se doit de traiter équitablement toutes les communes dont Montceau. Car à quoi bon faire partie de la CUCM si cette dernière ne remplit pas ses prérogatives ? Nous n’avons qu’à en sortir et reprendre la main sur les compétences, la Ville s’en portant sûrement mieux au vu de la situation actuelle. Cet exemple pour démontrer le risque encouru de tomber dans un nouveau système de régime indemnitaire qui sera encore plus coûteux pour la ville donc, pour les impôts des Montcelliens. N’oublions pas que ce sont les Montcelliennes et Montcelliens qui se retrouvent lésés dans cette histoire !

Vigilance également au niveau des dépenses liées à ce nouveau régime indemnitaire. Sur une année entière, votre prévision est de 163 000€. Vous êtes au-dessus de la règle avec environ 64%, alors que la norme est de 54/55% en moyenne des dépenses dans le budget 012. Et hors Glissement Vieillissement Technicité (GVT) qu’il conviendra de rajouter en sus ! Attention, madame le Maire à ne pas retomber dans les travers des années précédentes. Le rapport de la chambre régional des comptes le rappelant, la commune ayant été dans une situation quasi identique en 2009/2010. Je souhaite que vous soyez en alerte sur ce point et que vous nous teniez informé tous les ans du montant des dépenses exactes et ce en toute transparence. Pour rappel, ce sont les impôts des montcelliens que vous dépensez.

Permettez-moi également, à travers ce dossier, de vous alerter sur les conditions de travail des employés municipaux. Plusieurs d’entres eux m’ont fait part de dysfonctionnement en particulier sur la question du management et de « l’ambiance » qui abouti à plusieurs arrêts maladies. Avez-vous prévu certaines actions pour palier à ces problèmes ? La santé de certains agents étant touchée, nous devons être particulièrement attentionné et trouver les solutions pour y palier. Je formule le vœu que nous prenions réellement en considération les revendications des agents et leur détresse, elle est hélas réelle !

En conclusion, je voterai en faveur de ce nouveau régime tout en rappelant les réserves émises précédemment. Je souhaite que vous nous fassiez un bilan au terme de la première année de mise en place puis tous les ans.

Je vous remercie.

Retrouvez l'article de Montceau News en ligne

Conseil municipal du 19 juin 2018

Vœu concernant le déploiement des compteurs Linky

Notre intervention :

Madame le Maire, nous vous remercions de proposer ce vœu au sein de notre assemblée.

Le déploiement des compteurs Linky est depuis deux mois en phase accélérée sur Montceau les Mines et la réalité est de constater que de nombreux habitants restent aujourd'hui dubitatifs et inquiets notamment sur les questions de fiabilité de ces compteurs dits intelligents, leur impact éventuel sur la santé  et la problématique de collecte des données, leur utilisation et éventuelle revente. Faut-il rappeler que sont collectées  des informations très précises sur la consommation des usagers et leurs modes de vie. A ce titre la société Direct Energie a récemment été mise en demeure par la CNIL pour non consentement sur la collecte des données.

Vous le rappelez également, même si dans la majorité des cas les compteurs électriques sont la propriété de la commune qui en confie la gestion à Enedis dans le cadre d’une délégation de service publique, le maire ne dispose pas aujourd'hui des moyens juridiques pour en suspendre le remplacement.

Ce vœu a donc toute son utilité car au final les usagers doivent pouvoir garder la liberté d’installation ou non du compteur Linky et ne doivent pas avoir l’impression qu’on leur impose quelque chose par la force. A ce titre nous nous faisons l’écho de certains locataires de l’OPAC et VILLEO qui ont découverts par une simple notification que leurs compteurs allaient être remplacés prochainement sans date de précisée, les compteurs se trouvant dans les parties communes et directement accessibles aux sous-traitants.

Parallèlement l'État et Enedis en tant que gestionnaire du réseau ne communiquent pas assez, ne font pas assez de pédagogie et ne répondent pas concrètement aux craintes des usagers. On peut trouver aujourd'hui beaucoup d’informations et de désinformations sur internet et les réseaux sociaux. Les mairies peuvent toutefois également mettre en place des temps d’information et d’échange, comme ce fut le cas début mai pour Montceau les Mines.

Pour conclure même si nous pensons que les compteurs Linky peuvent être utiles à terme contre le gaspillage électrique, nous comprenons les craintes de certains usagers, trop souvent mal informés, notamment sur le traitement des données de consommation transmises et sur la démonstration de  leur fiabilité sur le long terme ne disposant aujourd'hui pas assez de recul.

Nous voterons donc pour ce vœu.

Rapport sur l'utilisation de la Dotation de Solidarité Urbaine (DSU) 2017

« Dans le cadre de la dotation de solidarité urbaine de 2017 qui a pour objet de permettre aux collectivités locales confrontées à une insuffisance de ressources, de faire face aux charges qu’implique l’amélioration des services offerts aux habitants des quartiers les plus défavorisés à savoir le Bois du Verne et le Rives du Plessis, Lilian Noirot, soulignait que cette offre était perfectible. Et même de préciser que les quartiers en difficulté restent en difficulté. D’ailleurs 75% des foyers sont non imposables et le taux de chômage atteint 40% sur ces deux quartiers. »

Retrouvez l'article de l'informateur de Bourgogne en ligne

Notre intervention complète :

Madame le Maire,

Vous le rappelez, la Dotation de Solidarité Urbaine est un financement important de la politique sociale de la ville. A ce titre Montceau-les-Mines peut aujourd'hui se prévaloir d’offrir une offre variée dans les domaines culturels, sportifs ainsi que l’accompagnement social des parents et de leurs enfants. Bien sûr cette offre reste perfectible et n’est pas exempt de défauts.

Nous pensons que la meilleure intégration des jeunes et moins jeunes dans la société reste la valorisation de ces derniers par l’emploi. Certains font de nombreux stages mais toutefois sans réels débouchés.

Le constat reste que les quartiers prioritaires de la ville connaissent certaines difficultés supplémentaires : moins de mixité sociale dans ces quartiers, beaucoup de familles monoparentales avec pour certains habitants des difficultés liées à la maitrise de la langue Française, élément des plus importants pour une meilleure intégration et pouvoir accéder à l’emploi et mieux se sociabiliser. Les chiffres témoignent malheureusement de ce constat : 75% de foyers non imposables sur les deux quartiers prioritaires de la ville, avec une forte proportion de familles vivant exclusivement des minimas sociaux et un taux de chômage avoisinant les 40% sur le Plessis. La proportion de ménages vivant seuls (53,1% sur le Plessis et 38,4% sur le Bois-du-Verne) représente un challenge supplémentaire face à des personnes pouvant souffrir plus que d’autres d’exclusion et d’isolement familial.  

Certaines actions menées par le passé comme la création du défilé de mode doivent être reconduites car elles permettent à de nombreux habitants issus de quartiers différents de se côtoyer, de s’impliquer dans un projet commun, de gagner en autonomie mais avant tout de prendre ou reprendre confiance en soi par la valorisation de soi-même, élément essentiel pour quiconque souhaitant se diriger vers l’emploi. Vous le rappelez, le défilé de mode aura permis à une trentaine d’habitants de rebondir vers l’emploi. De telles actions, cumulées à des dispositifs comme la bourse au permis et l’accompagnement des jeunes en difficulté ou en situation de décrochage scolaire avec l’implication des parents dans le suivi de la scolarité de leurs enfants sont des points positifs.

Il y a également d’autres projets qui prennent naissance par la volonté même des habitants que nous devons soutenir. Pour preuve, des jeunes adultes du Plessis m’ont présenté un projet de création d’une association dont l’objet serait d’accompagner les jeunes vers l’emploi à travers des animations sportives et culturelles, en organisant des voyages pour  faire découvrir les richesses et les atouts de notre territoire et de toute la France (démontrant que nous avons une vraie chance de résider en France, l’herbe n’étant pas plus verte ailleurs quoique certains en disent), en les faisant participer à des activités locales, etc. Or, ils sembleraient que ces jeunes ne soient pas écoutés et c’est pourquoi ils m’ont sollicité. Je les ai incités à se rapprocher du trait d’union pour qu’ils puissent peaufiner davantage leur projet. Ce sont des telles actions que la municipalité se doit de soutenir. Ecoutons nos jeunes montcelliens qui regorgent de talents. Aidons-les à lancer davantage de tels chantiers pour l’insertion professionnelle et la valorisation des jeunes et de la Ville. Ils représentent l’avenir et en agissant de la sorte, ils sauront tirer le meilleur d’eux même et ne sombreront pas dans des chemins sinueux.

La volonté de création d’un point information jeunesse, nous en rediscuterons tout à l’heure, en collaboration avec la mission locale ou des partenaires comme AGIRE est également intéressante.

Nous nous félicitons également de la forte augmentation des adhésions au service jeunesse en 2017. Toutefois concernant les 17/25 ans, nous pensons que la création d’un espace dédié pour cette cible serait judicieux, ces derniers souhaitant pouvoir se rencontrer, discuter entre eux et de manière occasionnelle pouvoir rencontrer directement leurs élus.

Concernant le centre social du Trait d’Union, vous dites qu’il s’agit « du centre social de toute la ville et non d’un quartier ». Avec plus de 50% des adhérents issus des quartiers prioritaires, nous pensons que cette affirmation reste exagérée. Toutefois nous devons y parvenir et cela devra passer par davantage de communication auprès des habitants afin que le trait d’Union devienne un véritable lieu de mixité sociale.

Parlons également de Montceau Job Sports. Quel bilan à ce jour ? Quels sont les retours des services de la Ville à ce sujet et l’attrait de la population à ce dispositif ?

Le rapport évoque également l’animation de la web radio « Positiv’radio » qui entame sa 3ème année d’existence. Projet intéressant et porteur. Or, vous indiquez que celle-ci propose un nouveau site internet plus moderne et intuitif mais les contenus ne sont pas actualisés régulièrement, engendrant automatiquement une baisse de la fréquentation. Force est de constater que cette web radio est inconnue du grand public. Parlez-en aux montcelliens dans la rue et vous vous rendrez compte que personne n’en connait l’existence, c’est bien dommage. Il convient que la municipalité communique davantage et mène une véritable campagne de promotion à travers les réseaux sociaux de la Ville.

D’ailleurs, il serait bien que le site internet de la Ville de Montceau soit plus régulièrement actualisé, un exemple : la date du prochain conseil municipal est non pas ce soir mais au mardi 3 octobre… 2017 ! Je ne savais pas que Retour Vers Le Futur était devenu réalité, vivement que Doc et Marty McFly débarquent en plein conseil municipal avec sa mythique DeLorean !

Je vous remercie de votre attention, des réponses que vous m’apporterez et je voterai favorablement le présent rapport.

Conseil municipal du 31 mai 2018

Vote du Budget supplémentaire 2018

« Et Lilian Noirot, élu d'opposition de répliquer : "le commerce à Montceau se meurt, les commerçants du centre-ville et des quartiers font parti des grands oubliés de ce budget". »

Retrouvez l'article du JSL en ligne

Mon intervention complète en faveur de la défense des commerces de centre-ville et des quartiers, grands oubliés de la politique municipale et des budgets depuis 2014  :

Madame le Maire,

Merci pour la présentation de votre budget supplémentaire et surtout pour le travail qui a été mené par les services.

Il y a 85 ans de cela, un certain 31 mai 1933, la loterie nationale était autorisée. Aujourd’hui, le 31 mai 2018 vous nous présentez un budget supplémentaire qui fait écho lui aussi à la loterie. Une succession de chiffres, de données comptables et financières pour une grande partie en fonctionnement qui restent stables quand d’autres explosent (réception, rémunération d’intervenants extérieurs...) par rapport aux précédentes années, sans grandes recherches d’économies et de l’autre côté, un budget d’investissement qui manque clairement d’ambition et qui reste  flou notamment sur votre fameux « Plan Pluriannuel d’Investissement » si souvent évoqué mais si souvent oublié, idem sur les projets pour la ville.

Je sais la difficulté qu’est de gérer une collectivité locale, mais ne jouons pas avec les impôts des Montcelliens comme vous pourriez le jouer avec votre argent de poche au loto !

Dans vos propos liminaires des derniers conseils municipaux - et les procès-verbaux en attestent -, vous nous avez expliqué que l’économie montcellienne se porte bien, que le chômage baisse… Force est de constater que les voyants sont plutôt au rouge : fermetures de France Loisirs, Ludivine Passion, la SIAP, Laurent ou encore Images et Cadeaux… Le commerce à Montceau se meurt, les commerçants du centre-ville et des quartiers font partie des grands oubliés de ce budget.

Montceau à l’instar d’autres villes souffre d’une désertification de son centre-ville au profit de zones commerciales périurbaines de taille plus importante. Le plan national « cœur de ville » tend à vouloir combattre cette tendance en accompagnant les villes sur la durée avec des moyens financiers importants. 

Or, en tant que Maire vous pourriez prévoir dans votre politique et donc inscrire au budget d’autres moyens d’actions. Plutôt que de voir dans ce financement hypothétique l’unique solution à la désertification du centre-ville, la municipalité se devrait avant tout de travailler en amont de manière concertée avec l’ensemble des commerçants pour les intégrer à part entière dans les décisions relatives à toutes leurs problématiques (stationnement, attractivité, animation commerciale, insécurité…). Et pour se faire, votre budget devrait prévoir la création d’un interlocuteur privilégié entre la Mairie, les commerçants et l’association Montceau commerce. En clair un « référent Economie-Commerce ».

Votre politique pourrait également agir sur d’autres leviers en mettant en place une grande politique volontariste :

- Réhabilitation   des   logements   vides   en   centre-ville   afin   de maintenir des commerces alimentaire de proximité,

- Incitation des bailleurs à louer à des prix plus bas plutôt que   de laisser des locaux commerciaux vides ou à l’abandon

- Promotion   des  circuits  courts   et  valorisation  de  productions locales

- Valorisation des commerces de proximité plutôt que des grands centres commerciaux totalement déshumanisés.

D’ailleurs, à ce sujet, j’aimerai savoir si vous comptez nous parler un jour de votre projet vers la zone commerciale de Géant Casino et Jardiland… Un premier projet a été rejeté, un deuxième serait déposé ? Peut-être que Mr Souvigny pourrait nous en parler ?

Votre budget prévoit également des frais d’études concernant l’éclairage public. Ces travaux sont bien évidemment nécessaires tant d’un point de vue environnemental, écologique, financier et  de sécurité publique. Mais concrètement comment est construit votre futur budget ? Comment comptez-vous  ficeler  votre projet car à ce jour, le tout est flou ? Vous nous évoquez un budget total de 3,3 millions d’euros mais rien de précis. 

Nous aimerions qu’un groupe de travail puisse être constitué avec des professionnels du secteur - et d’ailleurs un ami spécialiste en économie environnementale et écologie serait ravi de nous aider, il s’agit de Mr Philippe Murer. 

Autre sujet : le cinéma ? Qu’en est-il à ce jour ? Comment comptez-vous monter le financement ? Car à force de tout entendre, de tout lire, on ne sait rien : financement uniquement privé ? Ou bien financement public/privé ? Faites preuve de transparence. Nous avons appris par voie de presse qu’un recours avait été déposé par Mme Davoine. Montceau, notre ville, n’a-t-elle déjà pas assez souffert de toutes les guéguerres de clochers et d’égos. Cette ambiance tous perdants comme pour l’hôpital a  assez durée. Faisons preuve de responsabilité, retrouvons-nous tous autour de la table, échangeons à bâtons rompus et trouvons une solution commune avec CinéAlpes et Panacéa. Et tant que nous n’aurons pas trouvé de compromis, nous ne sortirons pas de réunion. Car avec ces conneries ce sont encore et toujours les montcelliens qui sont perdants !

Une remarque sur l’imposition. La municipalité a décidé de ne pas augmenter les impôts, certes cela est vrai concernant les bases municipales. Mais ce n’est pas le cas concernant les bases nationales. Alors je me répète, Mme le Maire, précisez le. Oui les impôts locaux (taxe d’habitation, foncier bâti et non bâti) ont augmenté respectivement de :

- +0,10% pour la taxe d’habitation

- +0,59% pour la taxe foncière sur le bâti

- +0,32% pour la taxe foncière sur le non bâti

Des hausses donc réelles, du fait des bases nationales revalorisées.

Je m’appuierai également sur le compte administratif 2017 que vous venez de nous présenter pour étayer mes propos sur votre gestion. Vous nous indiquez « maîtriser les dépenses ». Or, force est de constater que ce n’est pas le cas. Un exemple : l’encours  de la dette par habitant augmente de 642,92€ en 2016 à 688,05€ en 2017. Soit une augmentation de 7,03% = CQFD !

Malgré tout, ce budget supplémentaire présente des actions intéressantes tel que les investissements à destination des infrastructures sportives ou encore ceux de l’éclairage public.

Enfin, je terminerai comme je l’ai commencé en référence à la loterie et en paraphrasant la FDJ : « Chaque jour est une chance ». La chance est universelle. Nous avons  tous  des  moyens différents pour l’amadouer, la provoquer et s’en faire une alliée. Le jeu en fait partie. Au-delà du jeu, travaillons concrètement pour Montceau et nos concitoyens, célébrons l’espoir de  réaliser certains rêves et ayons l’audace de les  réaliser.  Hélas,  à  la lecture  de  votre  Budget Supplémentaire  comme  au  budget  primitif   malgré quelques décisions positives, force est de constater qu’il ne fait croire ni en la chance, ni en l’audace et c’est pourquoi je voterai contre.

Je vous remercie

Conseil municipal du 10 avril 2018

Vœu de Lilian Noirot sur l’ Hôpital de Montceau et Projet Régional de Santé

« Lilian Noirot réprouve l’attitude déplorable et hautaine du directeur de l’ARS. (...) Lilian Noirot, tout en notant que l’ARS fait sa tambouille parle de la fin de la chirurgie comme d’une chronique de la mort annoncée de l’hôpital. (...) D’autre part, le conseil municipal a adopté à l’unanimité le vœu de Lilian Noirot présenté et adopté à la Région en faveur du maintien du service chirurgie de l’hôpital Jean Bouveri de Montceau-les-Mines et de l’effacement de sa dette. »

Retrouvez l'article de l'informateur de Bourgogne en ligne

Conseil municipal du 20 février 2018

Ordre du jour : Débat et vote du budget primitif 2018

Madame le Maire,

Chers collègues,

Merci pour la présentation de ce budget primitif 2018 ainsi qu’aux services de la Ville qui font un travail de qualité. Ce budget ressemble aux budgets des années précédentes : absence de nouveauté, absence de volonté en matière de projets permettant le redressement réel et nécessaire de notre ville.

Ce budget connait un écho particulier compte tenu du contexte national actuel. En effet l’Etat, plutôt que d’encourager la solidarité et la proximité, détruit les équilibres territoriaux avec la réforme territoriale, et les finances locales sont amoindries : Merci à François Hollande et à son fils spirituel, le Président Macron, continuant sur la même lignée.

Lors du Débat d'orientation budgétaire, je vous ai rappelé que nous aurions aimé vous entendre nous rappeler la situation économique de Montceau au sein du département et  nous présenter un véritable plan d’action à destination des entreprises et de lutte contre le chômage endémique que connait notre commune depuis de nombreuses années.

Votre budget, comme le précédent, manque d’ambition à ce sujet. Il serait louable que nous puissions concevoir un véritable budget de soutien au commerce, à l’industrie, ceci afin de redresser une situation de l’emploi dégradée et de combattre durablement le déclin de nos commerces de proximité. Nous demandons ainsi que la commission Économie puisse se réunir à ce sujet.

En commission finances, le 7 février dernier, vous avez reconnu avoir mal construit les investissements pour l’année 2017. Je tiens à saluer vos propos, il est louable de le reconnaitre et j’espère que vous en tiendrez compte pour l’avenir.

A la lecture de ce budget, je note toutefois des points positifs que je tiens à relever :

Tout d’abord, en dépenses d’investissement, vous prévoyez 40 000 euros de frais d’études pour la cuisine centrale. Je ne peux qu’être en phase avec cette mesure. Il devient nécessaire de revoir l’alimentation des cantines scolaires de notre territoire et de pouvoir recourir à des produits biologiques, locaux et à une alimentation plus saine. Votre idée de repenser la cuisine de l’hôpital de Montceau en ce sens est intéressante dans le sens où elle peut permettre de rénover et de faire survivre des emplois locaux voir dans créer de nouveaux avec le recours aux agriculteurs locaux par le biais de clauses environnementales et sociales.

Concernant l’éclairage public, nous devons conserver un éclairage de qualité et en fonctionnement continu afin de limiter la hausse de l’insécurité - déjà trop importante - à Montceau. Mais, je suis satisfait que vous teniez compte de nos propositions en augmentant les effectifs de Police Municipale, l’installation de caméras de vidéo-surveillance. Les travaux des locaux de la Police Municipale sont une bonne chose. Allez, encore un effort en prévoyant au budget l’équipement des policiers municipal avec des armes à feux.

L’autofinancement, la dette, l’épargne brute, etc. ont déjà été longuement abordés et vous avez répondu à certaines de nos préoccupations, je n’y reviendrai pas.  

Toutefois, quelques remarques : 

Sur les dépenses de fonctionnement :

Au poste 60613 - Chauffage urbain : Ce dernier fait l’objet de grandes inquiétudes liés à des hausses du tarif pour les usagers. Le BP 2017 prévoyait déjà une hausse de 100 000 euros et celui 2018 de 30 000 euros supplémentaires, vous nous avez indiqué que des négociations étaient en cours avec Moncia pour négocier le R2. Qu’en est-il à ce jour ? 

Sur les dépenses d’investissement :

Nous trouvons un report de 270 000 euros concernant le projet de skate-parc. Quand j’ai repris le procès-verbal du conseil municipal où nous avons voté le BP 2017, vous m’aviez confirmé que le projet de skate-parc était arrêté, que tout allez commencer. Un an plus tard, nous sommes toujours au même point : rien, toujours rien… Maintenant, ce serait à cause du projet de cinéma, que le skate-parc prendrait du retard… Les paroles c’est bien, les actes c’est mieux, les jeunes sont demandeurs mais l’écho ne perce pas… Les jeunes m’interpellent à ce sujet : ce projet est-il mort-né ? Verra-t-il enfin le jour ? Ou bien finira-t-il comme le canal sous son état actuel : vide ? 

Je vous réitère ma proposition faite le 21 décembre dernier : devons-nous faire appel à Tony Hawk pour qu’il nous fasse un don ? Je me porte volontaire pour le démarcher si vous le souhaitez ! 

En matière d’imposition, rien de neuf sous le soleil de ce 20 février… Comme pour les années précédentes, entre le débat d’orientation budgétaire et le budget primitif, il n’y a aucune différence, vous ne prenez pas en compte nos remarques et cela fait presque quatre ans que vous maintenez des taux d’imposition certes stables sur la base communale mais qui subissent l’impact de la hausse de la base nationale. Depuis quatre ans, vous aviez tout le temps nécessaire pour les baisser, pour redonner à Montceau une juste imposition, pour rendre aux Montcelliens ce pouvoir d’achat si injustement confisqué. Alors que Montceau perd des habitants, une telle mesure serait été un signal fort à destination de la population, des entreprises et commerçants et pourrait permettre l’installation de nouvelles familles et entreprises sur notre territoire.

Pour conclure, comme les années précédentes, vous n’innovez pas. Vous êtes encore à la tête de Montceau, vous pourriez faire preuve d’audace pour les mois à venir mais ce budget 2018 n’en fait pas la démonstration, ce budget n’apportant pas d’avancée significative pour les Montcelliens, je voterai contre.

Je vous remercie.

Retrouvez l'article de l'informateur de Bourgogne en ligne

Conseil municipal du 21 décembre 2017

Ordre du jour : Débat d'orientation budgétaire (DOB)

Madame le Maire,

Chers collègues,

En ce 21 décembre,  à l’occasion du solstice d’hiver et à quelques jours de Noël, nous nous retrouvons non pas pour partager une part de bûche pâtissière mais le débat d’orientations budgétaires. Le goût ne sera pas le même, mais j'espère que la joie et la bonne humeur seront au rendez-vous ce soir, c'est sa l'esprit et la magie de Noël ! Tout d’abord, permettez-moi de remercier les services de la Ville pour la qualité du travail fourni. 

Le DOB comme indiqué a vocation à mettre en avant les choix et priorités budgétaires d’une collectivité et de tracer notamment l’évolution de sa situation financière.

Comme vous le rappelez, le projet de loi de finances 2018 s’inscrit dans une augmentation de la dotation globale de fonctionnement et de la dotation de solidarité urbaine. Il ne s’agit bien sûr nullement d’un cadeau mais de la simple compensation de la suppression confirmée de la taxe d’habitation pour 2018 pour un grand nombre de ménages, même si nous ne pouvons savoir si cette compensation se maintiendra les années suivantes (après 2020). Pour rappel, ces dernières décennies, l’Etat a déjà supprimé de nombreuses recettes à destination des collectivités locales, sans toutefois les compenser alors qu’il s’y était engagé (exemple de la taxe professionnelle).

Nous avions déjà demandé par le passé, au sein même de cette assemblée, de revoir les bases locales d’imposition de la taxe d’habitation à la baisse (qui sont restées inchangées depuis 2012) afin de redonner du pouvoir d’achat aux Montcelliens. Sa suppression totale pour de nombreux ménages – 80% des français -  (décision unilatérale sans réelle concertation des maires et principaux acteurs économiques) n’ira pas dans ce sens puisque la taxe d’habitation représentant l’une des principales ressources financières des communes, ce sont de nombreux investissements locaux qui en pâtiront (reportés ou supprimés) et dans une moindre mesure certains services publics gratuits apportés à la population Montcellienne.

Aujourd’hui, l’impôt local représente en moyenne 60% des recettes d’une commune dont 25% provient de la simple taxe d’habitation. Mais à côté il reste toutefois la taxe foncière (bâti et non bâti) et deux impôts économiques hautement importants pour Montceau les Mines que sont la Cotisation Foncière des Entreprises et la Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises.

Effectivement, comme le rappelle la chambre régionale des comptes dans sa présentation de la commune (chiffres de 2016), le poids de l’industrie à Montceau les Mines au sein des effectifs salariés (31%) reste supérieur à celui du département (26%) et celui de la région (23%) en parallèle d’une forte proportion de publics précaires avec un taux de chômage parmi l’un des plus élevé du département (zone d’emploi du Creusot-Montceau). Ce sont donc de nombreux Montcelliens qui restent dépendants de services publics de proximité (services gratuits à la population comme les transports). Vous dites ne pas vouloir « augmenter la tarification des services aux montcelliennes et montcelliens car même si le contexte économique national s’améliore, il reste encore très fragile sur notre territoire ». L’avenir nous dira si vous avez tenu cette promesse.

Au final, la suppression progressive de la taxe d’habitation, si elle n’est pas compensée dans les années à venir) et la fermeture probable de certaines entreprises sur notre bassin d’activité (Société Eolane, SIAP, déménagement à venir de la plateforme logistique Lidl , avenir peu serein de Konecranes…) pourraient conduire à une baisse des recettes locales et à une dégradation probable des services publics à destination de la population Montcellienne. 

A ce titre, vous parlez dans votre présentation du DOB du contexte économique au niveau mondial et national. Nous aurions aimé que vous preniez le temps de rappeler la situation économique de Montceau les Mines au sein du département de Saône et Loire et d’y présenter un véritable plan d’action à destination des entreprises et de lutte contre le chômage endémique que connait toujours notre commune en cette fin d’année 2017. Vous le constatiez vous-même l’année dernière au sein de cette assemblée : 

« Dans un environnement économique instable, la situation du chômage ne s'améliore pas. La création d'entreprises reste un point faible dans l'économie locale ». Qu’avez-vous accompli en un an pour redresser cette situation ? Nous l’avions déjà martelé lors du DOB 2017 : Il nous faut concevoir un véritable budget de soutien au commerce, à l’industrie afin de redresser une situation de l’emploi dégradée et de combattre durablement le déclin de nos commerces de proximité.

Orientation générale / Compte administratif prévisionnel

Pour les orientations budgétaires à venir, nous confirmons qu’il faut effectivement maitriser / continuer à réduire les dépenses de fonctionnement tout en maintenant un investissement conséquent (rénovations écoles, rénovation bâtiments municipaux, maison de santé…). Toutefois la baisse de l’autofinancement brut en 2016 par rapport à 2015 (-37%) et de l’autofinancement net (-48%) (Après notamment remboursement du capital de la dette)  nous oblige logiquement à une surveillance accrue des dépenses de fonctionnement et à maintenir un effort constant pour le désendettement de la ville (via la diminution de l’en-cours de la dette) et à trouver de nouveaux financements et partenaires afin de réduire le recours à l’emprunt pour les années à venir.

« Pour l’exercice 2018, le remboursement du capital de l’annuité de la dette sera de 924 150 euros. Il sera entièrement couvert par le virement de la section de fonctionnement (autofinancement). »

Concernant les dépenses d’investissement, vous nous exposez vos projets et travaux d’investissements. Permettez-moi de revenir plus en détail sur les domaines de la culture et de la jeunesse.

Il y a des actions positives tel que l’été du lac, les weekends aux Grands parcs...

Le skateparc ? On l’attend toujours, les jeunes l’attendent toujours… Devons-nous faire appel à Tony Hawk’s pour qu’il nous fasse un don ? Je me porte volontaire pour le démarcher si vous le souhaitez ! Je vous fais une confidence, pendant des années je jouais à son jeu vidéo sur playstation !

Si l’offre culturelle à Montceau est riche et que nous avons la chance d’avoir des associations et des employés municipaux très compétents dans ce domaine, force est de constater que la Culture à Montceau est assez bouleversée.

Lors du DOB 2017, vous nous évoquiez une étude et programmation de rénovation de l’Embarcadère, notamment l’extension de la salle Bourdelle, à ce jour où en êtes vous ?

La culture, vous en faites un marqueur fort, à juste titre. Mais quid de l’avenir de l’offre cinématographique montcellienne ?L’avenir de l’offre cinématographique montcellienne n’a de cesse de vivre des rebondissements depuis des années. Les « guéguerres » politiciennes entre Montceau-les-Mines et Le Creusot doivent cesser.

Le Bassin Minier en a assez souffert. Preuve en est avec l’offre hospitalière et la guerre ouverte menée des années durant entre nos deux villes pourtant toutes deux dirigées par des élus socialistes mais l’intérêt général fut bafoué au détriment d’égos personnels... Ne réitérons pas les erreurs du passé, travaillons logiquement pour l’avenir de notre ville.

Plutôt que l’avis unique du Maire, demandons directement aux Montcelliennes et Montcelliens. Je suis favorable et je défendrai le recours au référendum local.

Être élu c’est demander les conseils aux professionnels exerçant déjà au cinéma Les Plessis, à Montceau, qui font un travail remarquable depuis des années malgré de rudes conditions.

Etre maire, c’est agir en concertation avec tous. Avec l’objectif qu’est celui de l’intérêt général, de l’intérêt de la ville et de ses concitoyens. Une véritable étude de marché objective et neutre - c’est à dire au-delà de toutes considérations partisanes et politiques - doit être menée, elle sera détaillée et expliquée à nos concitoyens.

Enfin, être un élu responsable, c’est savoir dire « non » lorsqu’un projet ne semble pas positif pour l’attractivité du territoire et les finances locales. C’est savoir dire « oui » quand tous les voyants sont au vert. Comme vous, madame le Maire, je souhaite que notre cinéma soit un point de rassemblement populaire au service de tous et non pas un projet « élitiste » pour une minorité, vouant ce dernier à l’échec.

La démocratie participative ne doit pas être qu’une image, faite la vivre. Il n’est pas compliqué d’organiser un sondage, une consultation au niveau communal d’autant plus avec les outils numériques dont nous disposons à l’ère du tout numérique.

Sur le TSB, pour palier aux carences de fréquentation, nous devons revoir l’organisation. En matière de spectacle, pourquoi ne pas développer un axe sur le théâtre et la comédie ? Faisons venir des humoristes entre deux représentations lors d’un concert ? Nous pourrions peut être touché un public plus large et faire émerger de nouveaux talents ?

Enfin, le Made in Montceau… Nous aurions presque pu, après tout (!) demander à l’ex ministre à la marinière, M. Montebourg d’en faire la promotion.

Cette initiative est louable, elle doit envoyer un signe positif à destination des habitants, des commerçants, des artisans et des entreprises. Cet événement se doit de faire rayonner notre territoire à travers le département, la région et pourquoi pas nationalement.

Le constat économique actuel est morose : un taux de chômage important, une paupérisation de la population. Il est temps d’agir. Bientôt, Montceau ville fantôme ? Nos commerces se meurt, ils survivent et nous devons les soutenir. Nos restaurateurs tirent la sonnette d’alarme. Un des fleurons de notre gastronomie locale « Le France » est obligé de renoncer à son étoile pour sauver son établissement et ses emplois. Un autre restaurateur du centre-ville, passionné, est venu s'installer plein d’espoir à Montceau, il a quitté ses études pour ouvrir son restaurant et nous a confié son désespoir les larmes aux yeux, face au désert que devient Montceau. La gastronomie  de notre Cité se limitera t-elle à la cuisine américaine ? 

Pourtant, des actions simples pourraient être mise en place à travers des événements culturels et populaires dont nos restaurateurs et entrepreneurs seront les moteurs en partenariat avec les associations. 

Je conclurai comme j’ai commencé, en faisant référence à Noël : pour 2018, organisons enfin un vrai marché de Noël. Des forains locaux se sont proposés à M. Gronfier à plusieurs reprises, en vain. Demandons même à Marcel Campion, il a une roue et des chalets disponibles puisque la Maire de Paris a décidé de le virer comme un malpropre des Champs-Elysée. Si vous voulez, mon ami Florian Philippot peut nous mettre en relation avec grand plaisir.

On dit qu’à Noël tout est possible, espérons pour 2018 que la magie de Noêl opère et que nous continuons d’avancer positivement pour Montceau et pour les Montcelliens !

Je vous remercie.

Limitation de la vitesse à 80 km/h sur les routes départementales

Le Journal de Saône-et-Loire de revenait ce dimanche sur une partie de mes propos suite à notre participation à la manifestation des motards, automobilistes et routiers à Sevrey.

En complément de leurs quelques lignes, j’ai rappelé qu’il convient que l’Etat revoit l’état des infrastructures routières dans son intégralité. Les routes de nos villes et campagnes de Saône-et-Loire étant parsemées de trous et de rustines.

Dans notre département, le dossier de la RCEA étant urgent, les travaux doivent s’accélérer. C’est pourquoi l’Etat doit intervenir davantage pour finaliser la mise à 2x2 voies et conserver la gratuité.
Plutôt que de matraquer financièrement tous les usagers de la route avec des radars, il serait intéressant d’accentuer les contrôles sur l’état de certains véhicules et la formation à la conduite (je pense notamment aux conduites sur neige, sous la pluie...). Enfin, j’ai rappelé que parmi les derniers accidents sur nos routes (dont la RCEA), l’un des facteurs souvent non cité, est celui de l’assoupissement des usagers de la route à cause d’une vitesse faible et de l’absence de 2x2 voies. Il s’agit également d’un axe de réflexion à prendre en considération.

Enfin, pour répondre au député Gauvain qui m’invite à lui fournir des « études sérieuses » au sujet de la limitation de la vitesse : je l’invite à faire quelques recherches sur internet et il trouvera par lui-même des études concernant la vitesse en Allemagne et au Danemark. Il est député, il doit mener le travail, s’il n’en est pas capable, qu’il démissionne.
Finalement, j’aimerai mieux vous voir œuvrer à la sauvegarde de l’hôpital Jean Bouveri à Montceau ou, encore, à vous saisir du dossier de l’angioplastie à l’hôpital de Chalon-sur-Saône... Mais bon, vous n’habitez pas le département, vous êtes absent sur la circonscription alors il est plus simple de commenter à distance sur la limitation de la vitesse... Plutôt que d’être « en marche » (arrière ?), accélérez et travaillez réellement les dossiers de notre territoire.

Les cookies présents sur ce site nous permettent d’offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d’analyser notre trafic
Accepter Refuser