Non à l’implantation d’éoliennes à Saint-Romain-Sous-Gourdon (71) !

Publication du 26 juin 2019

Vœu présenté par Lilian NOIROT et Antoine CHUDZIK, conseillers régionaux de Bourgogne-Franche-Comté

La région Bourgogne-Franche-Comté est la région la moins ventée de France, y installer des éoliennes est donc totalement aberrant.

Pour pallier ce manque de vent, est souvent décidée l’implantation d’éoliennes gigantesques (180 mètres de haut voire plus de 200 mètres comme dans l’Auxois), ce qui constitue une pollution sonore et visuelle évidente. Cette hauteur démesurée eu égard à la géographie locale, aux églises et aux châteaux, dénature les paysages de notre beau département de Saône-et Loire. La rotation permanente des pales attire systématiquement le regard et perturbe l’analyse des lieux. Il en est de même pour les flashs lumineux diurnes et nocturnes.

Ces nuisances visuelles transforment le paysage rural en paysage industriel et en réduisent notamment l’attractivité touristique. Par ailleurs, une autre conséquence de ces parcs éoliens est une baisse significative du marché de l’immobilier via une baisse des plus-values sur les ventes des biens immobiliers. C’est donc une perte sèche pour le patrimoine des Français vivant à proximité des éoliennes qui n’est pas compensée.

Ces inconvénients pourraient être acceptables si les éoliennes étaient une source d’énergie efficace et verte : ce n’est absolument pas le cas.

La production générée par ces éoliennes est ainsi très aléatoire : en France, durant l’hiver 2010-2011 par exemple, le rendement de l’ensemble du parc éolien a varié de 3 à 70% de sa puissance installée. Par ailleurs, l’idée que le foisonnement des éoliennes puisse équilibrer la production électrique renouvelable à l’échelle française ou européenne est un mythe. En effet, au global, notre continent voit passer les mêmes dépressions et les mêmes anticyclones et il fait nuit en même temps partout (or la nuit d’hiver est le moment où la demande d’électricité atteint son pic). Ainsi, même si l’on venait à installer un réseau monstrueux de lignes à haute tension traversant la France et la reliant à ses voisins européens, cela ne serait pas suffisant pour répondre aux besoins énergétiques de notre pays.

Enfin, le recours à un système de stockage pour conserver les énergies produites par les éoliennes relève de la chimère : la production d’hydrogène par électrolyse qui est le plus souvent avancée est ainsi totalement irréaliste tant les pertes d’énergie induites par le procédé sont importantes (on estime que ce système permettrait de conserver seulement 25% de l’énergie produite, ce qui implique de fait que l’énergie stockée et ensuite consommée serait 4 fois plus coûteuse que si elle était immédiatement consommée). Ajoutons à cela le fait que le transport de l’hydrogène injecté dans le réseau de gaz naturel est trois fois plus cher que le transport du gaz naturel lui-même et qu’il est sujet à des déperditions importantes (les molécules d’hydrogène sont très petites), et on a la recette parfaite pour une explosion du coût de l’énergie. C’est la raison pour laquelle d’ailleurs aucun acteur privé ne s’est lancé dans cette voie.

Une étude de chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT) a ainsi conclu que dans un système 100% ENR, le prix du MWh atteindrait 1600$ contre moins de 50$ aujourd'hui. Le coût des renouvelables est en effet pharaonique, et un pays comme l’Allemagne s’en aperçoit aujourd'hui : d’ici 2025, la facture globale s’élèvera à plus de 500 milliards d’euros, pour un niveau d’émissions carbonées qui sera équivalent à celui de 2009.

Les énergies intermittentes ont en effet besoin de centrales thermiques de même puissance, ce qui augmente le coût réel et provoque de la pollution supplémentaire, ces énergies étant souvent produites à partir de charbon, de lignite ou de gaz. Ce n’est pas un hasard si derrière les lobbys pro-ENR on retrouve des pétroliers comme Total.

Enfin, la Cour des Comptes elle-même a tiré la sonnette d’alarme sur le gaspillage d’argent public que constituent les investissements de l’État dans les énergies renouvelables, en rappelant que là où d’ici 2028, 72,7 à 90 milliards auront été investis dans l’éolien qui produira 15% au mieux de l’électricité, le nucléaire a coûté entre 72 et 80 milliards et produit plus de 70% de l’énergie électrique. Il n’est pas inutile non plus de rappeler qu’en dix ans, les taxes sur l’électricité ont augmenté de 500%, essentiellement pour financer le surcoût que représentent les énergies renouvelables. Ceci est absolument délétère pour le pouvoir d’achat des Français.

Surtout, dans la situation française, vouloir remplacer du nucléaire propre, efficace et peu coûteux par des ENR inefficaces, coûteuses et pas si écologiques (on pense notamment au solaire qui mobilise des minerais rares) relève de la folie, et surtout, ne fera rien pour améliorer le bilan carbone du pays. À l’heure où 80% des Français sont (faussement) convaincus que les centrales nucléaires contribuent au réchauffement climatique, il est de la responsabilité des élus de ne pas succomber aux discours obscurantistes ambiants.

Pour toutes ces raisons, la région Bourgogne Franche-Comté affirme par ce vœu se ranger du côté de la science, du pragmatisme et de la vraie écologie contre l’idéologie, et déclare refuser l’implantation d’éoliennes sur son territoire, et à Saint-Romain-Sous-Gourdon (71) en particulier.

 

Quand culture et populaire ne font pas bon ménage à Montceau-les- Mines

Publication du 21 juin 2019

Suite à notre proposition de convier Jean-Marie Bigard à venir jouer à l’Embarcadère, ce dernier proposant de se produire à tarif réduit, Madame le Maire lui donnait une fin de non-recevoir.

La raison ? Mme Jarrot ne souhaitait pas « cautionner des attitudes qui auraient pu diviser de manière violente le public » lui reprochant son style et certaines blagues. Étrange quand on sait que Jean-Marie Bigard, grand artiste populaire plébiscité, joue certains de ses sketchs depuis maintenant 30 ans.

Nous rappelons que la ville fut terre d’accueil en 2017 de rappeurs aux diatribes misogynes et injurieuses envers la femme. A l’époque, l’adjointe à la culture, n’y trouvait rien à redire et jugeait « les jeunes ayant largement la capacité à la réflexion ».

Alors pourquoi ne pas avoir laissé la liberté aux Montcelliens d’aller voir ou non Jean-Marie Bigard ? Peut-être n’auront-ils pas apprécié que cette proposition émane d’un opposant politique !

Mme Jarrot a simplement fait ce qu’elle sait faire de mieux : agir de manière unilatérale, sans concertation, en marche telle la dictatrice d’une lointaine république bananière.

Les Montcelliens sauront se souvenir de cette occasion ratée de faire vivre la culture populaire à Montceau-les-Mines… Ensemble défendons une vraie culture populaire !

Lilian Noirot
Conseiller municipal « Ensemble, le Meilleur Pour Montceau ! »

 

Budget primitif 2019 : Rien de nouveau sous les tropiques

Publication du 15 février 2019

Le 14 février était marqué par le vote du budget primitif. Nous aurions pensé que la Saint Valentin aurait calmé les esprits, malheureusement les traditionnelles invectives entre majorité et opposition de gauche auront plombé les débats.

Ce budget primitif reste une pâle copie de ce qui nous a été présenté quelques semaines plus tôt lors du Débat d’Orientations Budgétaires et la majorité à son accoutumée ne semble pas vouloir tenir compte des remarques et propositions faites par l’opposition, surtout lorsque ces dernières sont productives et visent l’intérêt général.

Pourtant de nouveaux défis sont à relever : la baisse de la population Montcellienne ainsi que son vieillissement nous oblige à innover et à trouver les moyens pour inciter les familles à s’installer dans notre commune et à nos jeunes d’y rester. Cela passe notamment par la défense de nos services publics de proximité dont notre hôpital et la défense de l’emploi local via un soutien infaillible à nos entreprises et commerces de proximité. Des actions visant à combattre la désertification médicale, via la maison de santé pluridisciplinaire et le centre départemental de santé vont dans ce sens. Toutefois le vieillissement inéluctable de la population montcellienne nous oblige à réfléchir également aux problématiques de protection sociale et de dépendance.

Si nous saluons certaines dépenses d’investissement à venir comme l’achat de nouvelles caméras de vidéo protection et l’aménagement du centre de supervision dans les locaux de la police municipale, signifiant davantage de sécurité pour nos concitoyens, nous restons dubitatifs face à d’autres projets comme le complexe cinématographique. Projet sur lequel le flou le plus total règne, bataille juridique, guéguerre politique entre ancienne majorité et celle actuelle... Trouvons un compromis dans l’intérêt de Montceau !

Madame le Maire, devrait apprendre à travailler de consort avec l’opposition municipale, savoir écouter ses remarques, ses propositions, ceci dans la défense de l’intérêt collectif.

Lilian Noirot
Conseiller municipal « Ensemble, le Meilleur Pour Montceau ! »

 

Abattage du troupeau de Daims du parc du Morvan : Dites non à cette décision folle et monstrueuse, voulue par les services de l’Etat

Publication du 11 janvier 2019

Les services de l’Etat viennent de considérer comme « indésirable » un troupeau d’une vingtaine de daims y compris des bébés de 3 mois installés depuis 30 ans dans l’enceinte du Parc Naturel du Morvan à Saint-Brisson dans la Nièvre.

Le Parc National du Morvan s’est fendu d’un communiqué dans lequel il explique que « seuls les animaux de race pure de l'espèce Dama dama peuvent être détenu dans ce type de parc de vision. Les animaux ne correspondant pas à ces caractéristiques phénotypiques doivent être abattus ». Mais où va notre société ? Quelle honte de lire de tels propos !

Nous aurions pu penser à un poisson d’avril de mauvais goût mais non. Cette décision aussi folle que monstrueuse démontre le peu de considération dont font preuve certains bureaucrates.

Madame la Préfète de la Nièvre, mesdames et messieurs les bureaucrates des services de l’Etat, agissant sans cœur face à un animal sans défense, nous exigeons que vous revoyez votre triste copie. Ce troupeau de daim ne dérangeant personne jusqu’à présent, le droit de vivre doit prévaloir. L’Homme n’a pas à décider de la vie ou de la mort de quiconque et encore moins d’un animal. Vous avez pris cette décision alors vous avez le pouvoir et le devoir moral de la stopper. 

Comme disait Gandhi : « On reconnaît le degré de civilisation d'un peuple à la manière dont il traite ses animaux ».

Je vous invite à signer et à partager la pétition suivante, lancée et soutenue par la fondation Bardot et l’association Respectons : https://www.sosvox.org/fr/petition/stopper-labattage-du-troupeau-de-daims-du-parc-du-morvan.html?utm_source=sharing&utm_medium=facebook&utm_campaign=signature.thanks

Lilian Noirot
Conseiller municipal « Ensemble, le Meilleur Pour Montceau ! »
Conseiller régional de Bourgogne-Franche-Comté

 

2019 : Une année citoyenne pour Montceau-les-Mines

Publication du 19 décembre 2018

Certains diront que les années se suivent et se ressemblent. Cette citation ne se sera pas confirmée en cette fin d’année 2018 puisque notre pays aura connu, via le mouvement des Gilets Jaunes, un sursaut citoyen d’affirmation et de revendication face à une élite parisienne, trop souvent éloignée de nos préoccupations quotidiennes, cela encore plus vrai dans nos villes de province.

Nous autres, élus locaux, devront être davantage à votre écoute en 2019, puisque par définition nous sommes et resterons vos élus de proximité. C’est dans cette optique que nous avons souhaité faire coïncider cette nouvelle année avec le lancement de notre site internet « lemeilleurpourmontceau.fr » ainsi que notre consultation citoyenne afin que vous, Montcelliens et Montcelliennes, puissiez-vous exprimer directement sur les orientations stratégiques que vous souhaitez pour votre ville.

Le second trimestre 2019 sera également marqué par les Elections Européennes. Au-delà de la simple question des partis, vous aurez à vous exprimer sur un point central : Souhaitez-vous une Europe supranationale, dirigée par Bruxelles, qui prétend dicter aux citoyens ses orientations économiques, juridiques et sociales ou une Europe des nations, où la France pourra retrouver ses souverainetés et son libre arbitre.

Vous l’aurez compris, 2019 sera une année citoyenne où vous aurez l’occasion de vous exprimer pour faire valoir votre vision de Montceau-les-Mines et de l’Europe pour les années à venir. Naturellement nous serons là à vos côtés pour vous écouter et répondre à vos interrogations.

Au-delà des simples vœux de bonne année et de bonne santé, nous souhaitons que Montceau-les-Mines en 2019 soit pour vous synonyme d’emploi, de prospérité, de sécurité et de bon vivre.

Lilian Noirot
Conseiller municipal « Ensemble, le Meilleur Pour Montceau ! »

 

Été incendiaire à Montceau-les-Mines

Publication du 24 septembre 2018

Madame Jarrot, accepterez-vous ma proposition de lettre commune à l’attention des services de l’État pour réclamer plus de sécurité et de moyens sur notre territoire ?

Pour rappel, depuis le début de l’été 2018, notre commune a connu de nombreux incendies et chaque semaine la presse locale se fait l’écho de ces actes de délinquance qui ne cessent de croître.

Je propose à madame Jarrot la rédaction d’une lettre commune à l’attention de notre député de circonscription, du Préfet ainsi qu’au Ministre de l’Intérieur. Ce courrier aura pour but d’exiger de l’État un accroissement des effectifs du commissariat de Police Nationale de Montceau-lesMines et davantage de moyens financiers et matériels pour que les agents puissent assurer leur mission régalienne de sécurité publique dans les meilleures conditions tant pour eux-mêmes que pour la population.

Demander également des subventions pour un renforcement des effectifs de police municipale, davantage de moyens, l’armement de ces derniers et le développement d’un réseau de caméras de vidéosurveillance, doté d’un centre opérationnel de supervision urbaine raccordé aux services de police. Pour rappel, le Maire est le premier officier de police judiciaire de la Ville et se doit à ce titre être le garant de la sécurité de ses administrés.

Nos forces de l’ordre se doivent être réellement soutenues par leurs hiérarchies, la Justice et les élus lorsqu’ils assurent notre sécurité !

Il s’agit d’une proposition de bon sens, Madame le Maire, serez-vous prête à saisir cette proposition d’intérêt général ?

Œuvrons, ensemble, pour Montceau et les Montcelliens, il en va de leur sécurité.

Lilian Noirot
Conseiller municipal « Ensemble, le Meilleur Pour Montceau ! »

 

Centre islamique à La Saule : la mobilisation s’impose !

Publication du 15 juillet 2018

L’ex auberge de La Saule située sur la commune de Saint-Vallier, à la limite de Montceau-les-Mines, a pour projet la création d’un centre islamique. Le projet porté par monsieur YUNUS ATAK qui dirige de nombreuses mosquées d’obédience proche du pouvoir actuel de Turquie à Saint-Vallier est très préoccupant pour les Montcelliens et de nombreux habitants du bassin minier.

Quid du financement de ce projet ? D’où proviennent les fonds ? Quels sont les buts précis de cette structure et les souhaits inavoués de cette association ? Quels intervenants ? Quels sont les vrais liens avec le régime turc de M. Erdogan ? Pouvons-nous accepter un tel projet sur le bassin minier ? Quelles seront les conséquences vis-à-vis de la population notamment pour l’ordre public ? Les questions sont légions et légitimes.

En Isère, un tel projet a été rejeté par la population et les pouvoirs publics. Le préfet a rejeté la demande d’agrément jeunesse et sport déposée par la structure, puis la communauté de communes a exercé son droit de préemption pour racheter le complexe et empêcher ce projet. Les institutions de notre territoire doivent agir de consort.

Nous nous opposons à ce projet au nom de la laïcité et des valeurs de la République Française. La municipalité de Montceau reste silencieuse à ce sujet : pourquoi ?! Montcelliennes, Montcelliens, vous êtes nombreux à vous inquiéter et je vous invite à nous contacter pour concevoir ensemble une opposition solide face à ce projet : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Lilian Noirot
Conseiller municipal « Ensemble le Meilleur Pour Montceau ! »

 

Pour une meilleure reconnaissance de notre centre-ville

Publication du 15 mai 2018

Depuis plusieurs années le commerce de proximité à Montceaules-Mines est en souffrance. La fermeture à venir de l’enseigne « Ludivine passion » après d’autres comme France Loisirs témoigne du ralentissement de l’activité de notre centre-ville malgré de nombreuses animations commerciales.

Montceau-les-Mines, à l’instar d’autres villes, souffre d’une désertification de son centre-ville au profit de zones commerciales périurbaines de taille plus importante. Le plan national « cœur de ville » tend à vouloir combattre cette tendance en accompagnant les villes sur la durée avec des moyens financiers importants.

Toutefois plutôt que de voir dans ce financement hypothétique l’unique solution à la désertification du centre-ville, la municipalité se devrait avant tout de travailler en amont de manière concertée avec l’ensemble des commerçants pour les intégrer à part entière dans les décisions relatives aux problématiques de stationnement (respect de la zone bleue…), de propreté, d’insécurité, d’attractivité… Nous déplorons ainsi qu’il n’existe pas d’interlocuteur privilégié entre la mairie, les commerçants et l’association des commerçants.

La municipalité peut agir sur d’autres leviers : réhabilitation des logements vides en centre-ville afin de maintenir des commerces alimentaires de proximité, incitation des bailleurs à louer à des prix plus bas plutôt que de laisser des locaux commerciaux vides ou à l’abandon, promotion des circuits courts et valorisation de productions locales.

Nous avons le choix du modèle de société dans lequel nous vivrons demain. Celui de centres commerciaux déshumanisés ou celui d’un juste équilibre dans lequel nos commerces de proximité auraient toute leur place. La première édition de « Montceau Eco » nous aura permis de mettre en avant les nombreux et talentueux artisans et apprentis que compte Montceau-les-Mines. Reste à la municipalité à les aider à s’installer et à se développer.

Lilian Noirot
Conseiller municipal « Ensemble, le Meilleur Pour Montceau ! »

 

Vœu de la région Bourgogne Franche-Comté en faveur du maintien du service chirurgie de l’hôpital Jean Bouveri de Montceau-les-Mines, et de l’effacement de sa dette

Publication du 28 mars 2018

Vœu présenté par Lilian NOIROT, conseiller municipal de Montceau-les-Mines, conseiller régional non-inscrit

Le 9 janvier 2018, l’Agence régionale de santé (ARS) annonce l’arrêt de tout le service chirurgie de l’hôpital Jean Bouveri de Montceau-les-Mines en Saône-et-Loire.

Madame Ungerer, directrice du groupement hospitalier territorial dont fait partie l’hôpital de Montceau-les-Mines, a par ailleurs confirmé dans le journal de Saône-et-Loire du 28 mars que cette fermeture sera effective dès la fin du mois d’avril.

Ces décisions posent plusieurs questions.

Cette fermeture intervient en effet alors que les blocs opératoires de l’hôpital de Chalon sont déjà saturés. Les mesures correctrices par ailleurs annoncées par la directrice du GHT ne sont pas à même de rassurer la population, puisqu’il ne s’agit que d’étendre d’une heure les horaires du bloc opératoire de Chalon, avec pour l’avenir la perspective de l’agrandissement d’une salle.

Cela risque donc de créer des difficultés supplémentaires dans l’accès aux soins pour les habitants d’un territoire qui va se trouver une nouvelle fois fragilisé par le départ de 90 emplois liés au service chirurgie, à un moment où la question de la lutte contre les déserts médicaux devrait pourtant être centrale.

L’ARS de son côté prend prétexte de la dette qui grève l’hôpital de Montceau-les-Mines pour justifier la fermeture du service. S’il est vrai que la dette de l’établissement représente 18 millions d’euros (que l’État doit alléger de 13.6 millions d’euros), cette dette n’est pas le fruit d’une gestion dispendieuse du centre hospitalier, elle n’est la faute ni des personnels soignants ni des usagers de la santé qui vont pourtant être punis avec ce plan d’économies.

Il est donc important de rappeler que les difficultés financières de l’hôpital sont la résultante directe de décisions politiques : déjà en 2007, la fermeture de l’Unité de Soins Intensifs a conduit à la suppression d’une dotation de 350.000 à 400.000 euros par an. En 2008, l’application de la tarification à l’activité à 100% a entraîné une diminution des recettes de plus d’un million d’euros par rapport à 2007.

En 2009, le transfert de la maternité, du service pédiatrie, des urgences pédiatriques et de la chirurgie viscérale vers l’Hôtel-Dieu du Creusot a été un échec, avec une perte de patients et une augmentation des déficits.

La multiplication des fermetures de services est tout à fait inquiétante, et des personnels soignants s’interrogent déjà sur l’avenir, tant la fermeture du service chirurgie semble compromettre l’existence des services d’urgence.

L’inquiétude des citoyens est réelle, et plus de 1.000 personnes ont manifesté le samedi 24 mars à Montceau-les-Mines contre la fermeture du service chirurgie.

Ainsi, face au constat que la politique d’austérité menée n’a pas été en mesure de rétablir l’équilibre budgétaire de l’hôpital Jean Bouveri, et que le problème de cet établissement est d’abord et avant tout celui de l’abandon de l’État, la région Bourgogne Franche-Comté, à travers ce vœu, demande à Madame la Ministre de la Santé et Monsieur le Premier Ministre :

- de garantir le maintien de tous les services de l’hôpital Jean Bouveri de Montceaules-Mines

- d’effacer totalement la dette de cet hôpital.

 

Chronique de la mort annoncée du centre hospitalier Jean Bouveri à Montceau : mettons des mots sur les maux et battons-nous, ensemble, pour la survie de notre hôpital !

Publication du 21 mars 2018 

Non à la suppression de la chirurgie à Montceau, non à l’abandon de notre hôpital ! Stop aux mensonges et aux inactions, agissons TOUS ENSEMBLE pour sauvegarder notre hôpital !

L’Agence Régionale de Santé (ARS) a décidé de supprimer les services de chirurgie à l’hôpital Jean Bouveri à la fin de l’été 2018. Comme toujours avec la politique du président Macron, les choses ne sont présentées que d’un point de vue comptable, sans tenir compte des réalités humaines et matérielles. L’hôpital public est en crise, les déserts médicaux s’étendent et de plus en plus de Français renoncent aux soins.

Cette décision est aussi folle qu’inacceptable, elle n’est le fruit que de considérations purement comptables et financières.
Après la fermeture de la maternité et de la pédiatrie, aujourd’hui de la chirurgie, demain ce sera au tour des urgences et du SMUR.
Les technocrates de l’ARS sont totalement déconnectés de la réalité du terrain. Ces derniers auront sur leur conscience la chronique d’une mort annoncée d’un centre hospitalier, d’un territoire et d’une population : n’ayons pas peur de mettre des mots forts sur des maux mortels ! Ces décideurs vivant dans un autre monde et se soignant ailleurs pourraient, dans la même logique, nous dire que Montceau peut se passer de notre commissariat de Police ou de tout autre service public de proximité. Est-il acceptable de perdre nos services publics ? NON !

Cette mascarade a assez duré. La présidente du conseil de surveillance de l’hôpital et l’ARS ont assez menti aux professionnels de santé, aux représentants syndicaux, au personnel hospitalier et à l’ensemble des citoyens de notre bassin de vie. Nous aurions aimé que madame la présidente du conseil de surveillance profites de sa visite à l’Elysée à l’invitation du président de la République pour sauver notre hôpital.

La suppression annoncée de la chirurgie viendra encore fragiliser la situation sociale, humaine et économique de notre territoire puisque de cette décision découlera la suppression de 90 emplois à Montceau. Quid de l’attractivité de notre territoire sans hôpital ? Comment voulez-vous que des familles viennent s’installer à Montceau alors que notre hôpital se meurt ? Comment les habitants vont-ils pouvoir se soigner ? L’ARS a-t-elle conscience qu’une telle décision risque de compromettre la vie de certains patients ? Comment croire en la survie du SMUR et des urgences dans une telle configuration ? On nous dit vouloir maintenir un « mini bloc opératoire », mais qu’est-ce qu’un « mini bloc opératoire » ? Alors pourquoi ne pas conserver un bloc opératoire ? Quels professionnels seront intéressés par de mini-activités ?

Pourtant, l’hôpital de Montceau a de nombreux atouts de pointe à l’instar de la chirurgie orthopédique, la neurochirurgie ou encore l’ophtalmologie. Que vont devenir nos chirurgiens ? Où vont-ils pouvoir exercer ? Vont-ils devoir quitter définitivement notre territoire ? Hélas, nul ne le sait...

Plutôt que de chercher des économies, l’Etat se doit d’investir pour la modernisation de notre système de santé, en développant notamment les nouvelles technologies permettant l’essor de « l’e-santé » afin d’améliorer la prévention, le suivi des patients et d’éviter ainsi des actes répétitifs et inutiles. Par ailleurs, il nous faut engager un véritable bras de fer avec les laboratoires pharmaceutiques afin de limiter les prix de certains médicaments et favoriser la production des versions génériques.

Face au fatalisme de madame Jarrot, à l’inaction du député fantôme de notre circonscription, contre le démantèlement de notre centre hospitalier, pour le maintien de la chirurgie à Montceau, mobilisons-nous TOUS ENSEMBLE ce samedi 24 mars à 10h devant la Mairie de Montceau-les-Mines !

Lilian Noirot
Conseiller municipal « Ensemble, le Meilleur Pour Montceau ! »

 

Budget 2018 : entre routine & renoncement politique pour Montceau !

Publication du 19 mars 2018 

Ce budget ressemble à ceux des années précédentes : absence de nouveauté, absence de volonté en matière de projet permettant le redressement réel et nécessaire de notre ville. Ce budget a un écho particulier avec le contexte national actuel. L’Etat, qui au lieu d’encourager la solidarité et la proximité, détruit les équilibres territoriaux avec la réforme territoriale, et les finances locales ont été réduites.

Alors que, Madame la Maire n’a de cesse de vanter la bonne santé du commerce en ville et dans les quartiers, la réalité du terrain est différente. La situation économique de Montceau est alarmante, nous aimerions que la majorité actuelle présente un plan d’action destiné à soutenir et favoriser le développement des entreprises, artisans et commerçants pour lutter contre le chômage endémique que connait toujours notre commune. Ce budget, comme le précédent manque d’ambition à ce sujet. Il serait louable que nous puissions concevoir un budget de soutien au commerce et à l’industrie locale afin de redresser une situation de l’emploi dégradée et de combattre durablement le déclin de nos commerces de proximité.

En matière d’imposition, vous ne prenez pas en compte nos remarques et cela fait 4 ans que vous maintenez des taux d’imposition certes stables sur la base communale mais subissant l’impact de la hausse nationale. En 4 ans, vous aviez le temps nécessaire pour les baisser, redonner à Montceau une imposition juste,rendre aux Montcelliens ce pouvoir d’achat injustement diminué. Alors que Montceau perd des habitants,une telle mesure serait un signal fort à destination de la population, des entreprises et commerçants et pourrait permettre l’installation de nouvelles familles et entreprises sur notre territoire.

Pour Montceau et les Montcelliens, il faudrait faire preuve d’audace et d’imagination mais votre budget n’en fait pas la démonstration : il n’apporte hélas aucune avancée significative pour notre Ville.

Lilian Noirot
Conseiller municipal « Ensemble, le Meilleur Pour Montceau ! »

 

Non à la suppression de la chirurgie à Montceau, non à l’abandon de notre hôpital !

Publication du 05 janvier 2018

L’Agence Régionale de Santé (ARS) a décidé de supprimer les services de chirurgie à l’hôpital Jean Bouveri à la fin de l’été 2018. Comme toujours avec la politique du président Macron, les choses ne sont présentées que d’un point de vue comptable, sans tenir compte des réalités humaines et matérielles. L’hôpital public est en crise, les déserts médicaux s’étendent et de plus en plus de Français renoncent aux soins.

Cette décision est aussi folle qu’inacceptable, elle n’est le fruit que de considérations purement comptables et financières. Depuis des décennies, les « guéguerres » politiciennes entre Montceau et Le Creusot à ce sujet nous conduisent au démantèlement actuel de notre hôpital. L’intérêt général doit primer sur les égos personnels. Le Bassin Minier en a trop souvent souffert.

La suppression annoncée de la chirurgie viendra encore fragiliser la situation sociale et économique de notre territoire puisque de cette décision découlera la suppression de 90 emplois

à Montceau. Quid de l’attractivité de notre territoire sans hôpital ? Comment voulez-vous que des familles viennent s’installer à Montceau alors que notre hôpital se meurt ? Comment les habitants vont-ils pouvoir se soigner ? L’ARS a t-elle conscience qu’une telle décision risque de compromettre la vie de certains patients ?

Plutôt que de chercher des économies, l’Etat se doit d’investir pour la modernisation de notre système de santé, en développant notamment les nouvelles technologies permettant l’essor de « l’e-santé » afin d’améliorer la prévention, le suivi des patients et d’éviter ainsi des actes répétitifs et inutiles. Par ailleurs, il nous faut engager un véritable bras de fer avec les laboratoires pharmaceutiques afin de limiter les prix de certains médicaments et favoriser la production des versions génériques.

Contre le démantèlement de notre centre hospitalier, pour le maintien de la chirurgie à Montceau, mobilisons-nous tous ensemble !

Lilian Noirot
Conseiller municipal « Ensemble, le Meilleur Pour Montceau ! »

 

Pour une culture cinématographique de qualité à Montceau, vite un référendum !

Publication du 13 Décembre 2017

L’offre cinématographique montcellienne et du territoire communautaire a déjà connu moult rebondissements ces dernières années. Il nous faut dorénavant bâtir le cinéma de demain et penser à un avenir pérenne.

Les « guéguerres » politiciennes entre Montceau-les-Mines et Le Creusot ne peuvent plus durer. La guerre ouverte menée des années durant entre nos deux villes concernant l’offre hospitalière, toutes deux pourtant dirigées par des élus socialistes, démontre comment l’intérêt général peut être sacrifié au détriment d’égos personnels.

Ne réitérons pas les erreurs du passé, travaillons logiquement pour l’avenir de notre ville.

Plutôt que l’avis unique du Maire, demandons directement aux Montcelliennes et Montcelliens le leur. Je suis favorable et je défendrai le recours au référendum local.

Être élu, c’est demander conseil aux professionnels exerçant au cinéma « Les Plessis », à Montceau. Ces derniers font un travail remarquable depuis des années malgré de rudes conditions.

Être maire, c’est agir en concertation avec tous, avec comme seul objectif celui de l’intérêt général, de l’intérêt de la ville et de ses concitoyens. Une véritable étude de marché objective et neutre - c’est à dire au-delà de toutes considérations partisanes et politiques - doit être menée, celle-ci devant être détaillée et expliquée à nos concitoyens.

Enfin, être un élu responsable, c’est savoir dire « non » lorsqu’un projet ne semble pas positif pour l’attractivité du territoire et les finances locales. C’est savoir dire « oui » quand tous les voyants sont au vert.

Le débat se doit d’être courtois et respectueux de l’avis de tous, en dehors de toutes considérations partisanes. Je vous invite ainsi à vous exprimer sur ce sujet. Mon souhait est que cette démarche de démocratie participative puisse se développer sur différentes thématiques locales.

Cette demande de référendum sera proposée et défendue en conseil municipal. Elle tiendra compte des remarques et propositions que vous pourrez m’adresser par mail ou lors d’un rendez-vous en prenant contact par mail ou par téléphone à : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou au 03.58.11.92.44.

Pour que vive la culture cinématographique à Montceau, vite un référendum local afin que nos concitoyens puissent s’exprimer librement !

Lilian Noirot
Conseiller municipal « Ensemble, le Meilleur Pour Montceau ! »

 

Les cookies présents sur ce site nous permettent d’offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d’analyser notre trafic
Accepter Refuser