Ordre du jour : Débat d'orientation budgétaire (DOB)

Madame le Maire, Chers collègues,

Merci pour cette présentation détaillée. Merci aux agents de la Ville et à l’ensemble des participants à la création de ce rapport d’orientations budgétaires. Je dois avouer qu’il s’agit, probablement, du rapport d’orientations budgétaires le plus détaillé, chiffré et argumenté depuis 2014. Alors, nous pouvons toujours trouver à redire, à dénoncer, à critiquer mais il faut aussi savoir dire quand les choses sont bien faites.

Je commencerai mes propos par un préambule concernant la cyberattaque qui a paralysé pendant de longs mois les services de la ville. Etes-vous en mesure aujourd’hui de nous assurer qu’une telle situation ne pourrait se reproduire à l’avenir, quelles garanties supplémentaires avez-vous pris ? Quel bilan à ce jour est dressé par l’entreprise en charge des réparations du sinistre ? Et quelles sont les conséquences en matière financière pour la ville ?

Concernant à proprement parler du Débat d’Orientation Budgétaire, je partirai des deux postulats suivants :

La population Montcellienne continue de baisser avec notamment un vieillissement de sa population. La dernière étude de l’INSEE l’attestant. Le problème reste l’attractivité du territoire :

emplois inexistants ou précaires ou éloignés de la commune, centre-ville moribond qui ne sait pas attirer malgré le plan « cœur de ville » et des jeunes qui fuient tout simplement la ville faute de vie sociale ou culturelle, notamment en semaine.  Sans parler bien sûr du manque chronique de spécialistes de santé. J’y reviendrai ultérieurement.

Concernant l’endettement de la ville, même si des efforts sont faits pour le réduire, notamment par une renégociation efficace des emprunts en cours, la baisse continue de la population et le ratio Dette / Population qui en résulte reste problématique. Pourtant, nous sommes conscients que des investissements importants doivent être faits, comme la rénovation énergétique des logements ou la rénovation de l’éclairage municipal : un effort financier aujourd’hui qui permettra demain de réduire les dépenses de fonctionnement via une diminution de la facture énergétique.

Quoi qu’il en soit, notre commune reste tributaire pour l’établissement de son budget des dotations de l'État et du contexte macro-économique dans lequel il s’inscrit. Aujourd’hui, suite à la crise du Covid, c’est la guerre en Ukraine qui va peser avec une inflation soutenue pour les dépenses en énergie (essence, électricité, chauffage), en alimentation (blé, farine…) et une future pénurie de matières premières qui pourraient impacter nos entreprises locales, inscrites dans une tradition industrielle, et donc les Montcelliens avec un risque accru de chômage partiel. Je reviendrai également sur la question économique et industrielle un peu plus loin.

A ce titre, comment estimez vous l’augmentation à venir sur les fluides dans le chiffrage des dépenses de fonctionnement, que vous-même vous estimez à la baisse pour 2022 (21 M contre 22.5 M en 2021) ?

Concernant les orientations budgétaires générales, nous sommes d’accord qu’il faut investir pour de meilleurs diagnostics énergétiques et œuvrer pour la transition écologique, notamment via des rénovations pertinentes et des bâtiments municipaux moins énergivores.

Dans la même optique, le soutien à la rénovation des logements privés (rénovation du bâti ancien et remise aux normes des logements insalubres) va dans ce sens, en permettant également d’œuvrer pour une meilleure attractivité du territoire.

Pourtant vos orientations budgétaires donnent à penser que vous n’agissez pas suffisamment pour l’attractivité du territoire :

Vous parlez en ce sens d’améliorer le cadre de vie des habitants notamment via un plan d’embellissement de la ville et l’aménagement des grands parcs. Certes mais n’oublions pas que notre ville reste une ville pauvre qui ne fait pas ou peu rêver. Reprenant les derniers chiffres de l’INSEE : la population Montcellienne est une population vieillissante qui diminue, le nombre de logements vacants continue d’augmenter, le nombre de chômeurs reste élevé avec un manque de main d’œuvre locale qualifiée et seulement 42% des ménages Montcelliens sont assujettis à l’impôt.

Je vous cite :

« La pauvreté du Territoire se mesure par le ratio d’impôts par habitant, qui est bien en dessous de la moyenne de la strate, représentant un écart de plus 6,5%. Ce handicap est cependant amorti par la DGF qui représente en 2020 un écart en faveur de la commune de +46,50%, avec un rendement supérieur aux autres communes (+5.44% d’évolution entre 2017 et 2020) »

A cette simple phrase, nous nous demandons si vous souhaitez réellement agir pour l’attractivité du territoire et améliorer la situation économique et sociale quand on se félicite d’avoir une Dotation Globale d’Investissement plus importante. Je parle bien sûr ici de la Dotation de Solidarité Urbaine.

D’un point de vue financier, concrètement :l’année 2021 reste une année difficile avec des ratios financiers fragiles. L’autofinancement généré par la commune de Montceau est très faible. Le taux d’épargne brute est quant à lui de 4,5% alors que la Chambre Régionale des Comptes préconise un taux d’épargne brute entre 8% et 12% pour les collectivités.

Le ratio de désendettement franchit le seuil limite de 12 ans pour atteindre les 13,2 ans. Ces résultats sont sensiblement équivalent à ceux constatés les années passées (2019 et 2020). Vigilance ! Vigilance concernant ces deux indicateurs importants. Il y a donc un gros travail à mener pour améliorer cette situation.

A compter de 2022, et cela reste du prévisionnel, la situation financière devrait considérablement s’améliorer grâce aux renégociations d’emprunts qui ont été réalisées. Ainsi le ratio de désendettement baisse à 7,3 ans malgré la souscription d’emprunts nouveaux. L’autofinancement s’améliore considérablement, le taux d’épargne brute est supérieur aux recommandations de la Chambre Régionale des Comptes et s’établit à 9,7% en 2022. Sans augmenter la fiscalité, la commune retrouve une bonne santé financière lui permettent de réaliser des dépenses d’équipement largement supérieur aux années passées.

Pour moi, tous les indicateurs sont au vert dans cette prospective 2022 mais ils restent conditionnés à des efforts sur les dépenses de fonctionnement qu’il faudra nécessairement faire. Vigilance également sur les taux variables de certains emprunts qui courent toujours. Compte tenu du contexte géopolitique, l’inflation va exploser dans les prochaines semaines - et cela a déjà commencé -, la Ville doit revoir les conditions des derniers emprunts à taux variable afin d’éviter toute hausse des taux d’intérêts, risquant de venir plomber vos prévisions.

Un mot sur les volets économiques et industriels. Je trouve dommage que ces deux piliers essentiels pour tendre à l’amélioration de l’emploi et gagner en population ne soient pas assez développé dans votre rapport d’orientations budgétaires.

Il apparait indispensable de créer un service municipal du « développement économique », véritable support et interlocuteur du développement du tissu économique d’une mairie. Même si cette compétence est en partie détenue par la CUCM et la région. La commune doit prendre une part importante. Les administrés préférant cet échelon de proximité et c’est bien compréhensible.

On pourrait imaginer que ce service aura pour mission de soutenir, développer, accompagner et mettre dans un premier temps, en réseau les entreprises, commerçants et artisans du territoire.

Montceau-les-Mines est caractérisée par un territoire industriellement restreint compte tenu des différentes fermetures ces dernières années. La commune doit se doter d’outils pertinents et d’un réseau de compétences au niveau humain pour mener à bien ses objectifs en ne laissant pas partir nos jeunes.

Nous devons continuer l’inventaire précis des locaux d’activités disponibles sur la ville et leurs caractéristiques, dans le but de proposer l’offre la plus optimale possible pour des futurs porteurs de projet.

La mise à disposition de certains locaux pourra se faire sous forme d’un bail triennal sans loyer, par exemple. L’entreprise n’aura qu’à supporter les frais de gestion courants. Une demande d’exonération de la CET et toute autre fiscalité locale pour toute nouvelle création d’entreprise sera prise en compte sur les 5 premières années sous condition de création d’emploi en recrutant des Montcelliens.

Je me tiens à votre disposition pour échanger à ce sujet en commission. Cette commission devra être élargie et inclure des professionnels.

Il est nécessaire qu’un audit soit réalisé en étroite collaboration avec Pôle Emploi pour connaitre les valeurs et niveaux professionnels des demandeurs d’emplois sur la commune; afin de mettre en place une bourse municipale à la formation professionnelle dans le cadre CPF en partenariat avec la CUCM et la Région. Cette démarche permettra au créateur d’entreprise de recruter rapidement du personnel qualifié. La question du recrutement étant une urgence absolue.

En outre, un budget spécifique devra voir le jour afin d’attribuer des aides financières aux nouvelles entreprises, créatrices d’emplois en lien avec la CUCM et la Région. Nous attirions ainsi de nouveaux talents locaux et d’ailleurs.

Certes, dans un premier temps la mairie devra investir financièrement mais la création de futurs emplois sur Montceau favorisera l’installation de nouveaux ménages avec des enfants. Donc plus de consommation et accès à la propriété, donc plus de collectes d’impôts et taxes locales, donc plus de recettes permettant de rembourser les investissements et d’augmenter nos recettes pour le futur.

Enfin, un véritable démarchage sera nécessaire lors des événements économiques et sociaux ayant lieu sur tout le territoire français. La ville de Montceau doit s’y rendre afin de se faire connaître et prospecter des talents actuels et en devenir pour les inciter à venir installer leur activité à Montceau. Par exemple, la Ville pourrait se rendre à des salons tel que la Foire de Paris, le concours Lépine, au salon SME dédié aux dirigeants et créateurs d’entreprises. Ou encore participer à des séminaires avec les associations patronales. Vous connaissez autant que moi les atouts de notre territoire : l’accès ferroviaire, l’accès fluvial, l’accès routier et la proximité avec Paris et Lyon. Or, il est dommage que votre majorité ne soit pas assez dans la prospection active à destination de ces cibles. Si nous souhaitons changer la donne, mettre un coup d’arrêt à la baisse de la population et à la fuite de nos talents locaux, il faut impérativement agir et revoir la méthode de travail actuelle. Nous pourrions obtenir des subventions pour de telles actions. Bref, essayons, innovons, faisons preuve d’audace !

Un mot sur les pistes cyclables. Quelle catastrophe… Mais quelle catastrophe menée par la CUCM à Montceau. Si, tous autour de cette table, nous sommes conscients de la nécessité de développer les mobilités douces dont les pistes cyclables, cela ne doit pas se faire au détriment de la sécurité des usagers de la route, qu’ils soient automobilistes, motards, cyclistes et/ou piétons. Il n’y a clairement aucune cohérence dans ces aménagements qui ne doivent rester qu’au stade provisoire.

Nous ne pouvons pas penser les pistes cyclables comme un outil de baisse de la vitesse et faire porter la responsabilité aux cyclistes. Cet argument là ne tient pas. Si vous voulez véritablement réduire la vitesse des usagers de la route, il faut installer d’autres dispositifs réellement dissuasifs.

En commission, nous sommes intervenus à plusieurs reprises avec messieurs Selvez et Commeau à ce sujet pour faire part de nos critiques et propositions. Sur l’avenue des Alouettes, par exemple, il faut revenir aux précédents tracés routiers et mieux matérialiser les pistes cyclables actuelles qui sont des deux côtés de la chaussée. Là, les cyclistes pourront rouler en toute sécurité. Les voies seront plus sures. Enfin, l’impact environnemental sera meilleur puisque nous reviendrons à une circulation plus fluide et mettrons un terme aux bouchons engendrant davantage d’émissions de gaz à échappements.

Vous me rassurez sur le fait que les aménagements actuels sur l’avenue des Alouettes seront abandonnés. Travaillons intelligemment et en concertation avec l’ensemble des usagers de la route sur ces questions, sans précipitations.

Un mot sur les actions en matière de santé.

Il y a urgence à agir concernant le centre de santé FILIERIS. Les départs de médecins et spécialistes sont inquiétants et la municipalité doit impérativement agir.

Pour palier notamment ce problème, je réitère notre proposition simple et de bon sens : la mairie ainsi que ses élus pourraient jouer un rôle de véritable VRP de Montceau dans les facultés de médecine de BFC, d’AURA et d’IDF pour mettre en avant notre territoire, ses avantages et donc favoriser l’installation de nouveaux professionnels de santé. En s’appuyant sur l’aide et la collaboration des professionnels de santé exerçant à Montceau. Un exemple précis : des dentistes sont prêts à nous aider.

Enfin, je terminerai sur le volet sécurité. Je me félicite des investissements continus pour l’installation de nouvelles caméras de vidéo protection, le recrutement et la promotion interne de nouveaux agents de Police Municipale et l’armement futur des agents. Nous l’avions proposé dans notre programme alors continuons sur cette lancée.

Un point noir en matière de sécurité et de tranquillité publique : les rodéos et autres folies durant les mariages. Il est intolérable et inadmissible que certains individus pourrissent la tranquillité des autres l’espace d’un mariage. Il est inadmissible que les mariés ne respectent pas les horaires et que la cérémonie ai débutée avec 40 minutes de retard. C’est un manque criant de respect vis à vis des employés municipaux mobilisés ainsi que des élus.

A Laigneville, dans l’Oise, des infractions similaires ont eu lieu. Le maire a utilisé les caméras de vidéo protection pour dresser des amendes pour près de 10 000euros.

La ville de Montceau doit dorénavant sanctionner fermement et dresser des amendes à tous ces individus. Il convient également d’apporter un soutien ferme et officiel à nos agents de la police municipale à qui je tiens à rendre hommage. Il est inadmissible que des policiers municipaux soient menacés de mort. Je tiens formellement ce soir à leur apporter mon entier soutien. La ville doit être à leurs cotés.

Par ailleurs, la grogne monte chez les commerçants. Ces derniers en ont ras le bol ! Avec ces conneries, ils perdent une demi-journée de chiffre d’affaires et donc de revenus. Ils ont déjà assez subis avec la crise Covid.

Vous devez donc prendre des mesures fortes et des sanctions pour tous ces débordements. Ces mesures doivent être rendues publiques pour que chacun en soit informé et agisse en connaissance de cause.

Vous l’aurez compris, il y a des orientations nécessaires et urgentes que je partage. D’autres, où il faudra faire preuve davantage de vigilance et de travail sur lesquelles je vous ai signifié plusieurs propositions d’améliorations. Je suis et reste force de propositions, il y en a marre des critiques stériles n’apportant rien.

Je conclurai sur une note d’optimisme, en citant l’écrivain William Arthur WARD : « Les optimistes enrichissent le présent, améliorent l’avenir, contestent l’improbable et atteignent l’impossible. ». Alors, je fais le voeux que nous soyons tous optimistes dans l’intérêt de Montceau et des Montcelliens. Je vous remercie. »

Les cookies présents sur ce site nous permettent d’offrir des fonctionnalités relatives aux médias sociaux et d’analyser notre trafic